L’ordre divin vol. 7 (les émotions particulières du nouveau départ)

RV-23-10-2020

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références Bibliques: Genèse 45 : 1-4 ; 14-15 ; 20 ; 25-28 ; Psaumes 139 : 16

            On ne peut parler d’un bon nouveau départ que s’il est conforme à l’ordre divin. Il y a des nouveaux départs, des nouveaux commencements qui se font au travers d’évènements étoffés d’intenses émotions qui ébranlent, qui secouent…

             Genèse 45 : 1: Joseph ne pouvait plus se contenir devant tous ceux qui l’entouraient. Il s’écria : Faites sortir tout le monde. Et il ne resta personne avec Joseph, quand il se fit connaître à ses frères.

            Un gouverneur d’Egypte, celui qui avait reçu l’anneau du Pharaon, un homme d’autorité… qui ne pouvait plus se contenir : D’intenses émotions ! Il y a un genre de nouveau départ qui se fait avec de vives et de grandes émotions.

            Verset 2 : Il éleva la voix, en pleurant. Les Egyptiens l’entendirent, et la maison de Pharaon l’entendit.

            Il y a plusieurs types de pleurs : Les pleurs de tristesse, les pleurs de joie, lorsqu’on est dépassé par les évènements, surpris, dépassé par ce qu’on vit…

Verset 3 : Joseph dit à ses frères : Je suis Joseph ! Mon père vit-il encore ? Mais ses frères ne purent lui répondre, car ils étaient troublés en sa présence.

Joseph a d’abord pleuré avant de faire cette déclaration. C’est un rendez-vous que Dieu avait organisé, Joseph était loin de l’imaginer encore moins ses frères. Il y a un type de nouveau départ qui se manifeste par la concrétisation des rendez-vous divins. Pour les hommes c’est surprenant mais pas pour Dieu. Ici les frères de Joseph étaient troublés parce que ça leur rappelait un évènement « triste » dans leur histoire. La vie de quelques individus peut marquer toute une nation, la vie d’une famille peut affecter tout un peuple. Il y a des peuples, des familles prophétiques, des groupes de personnes souverainement choisis par Dieu qui ont un rôle prophétique à jouer et dont l’accomplissement passe par des moments difficiles.

Verset 4 : Joseph dit à ses frères : Approchez-vous de moi. Et ils s’approchèrent. Il dit : Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour être mené en Egypte.

Voilà la raison du trouble de ses frères, ils savaient qu’ils étaient responsables du niveau de souffrances qu’avait endurées Joseph et Jacob leur père : Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour être mené en Egypte. Ils étaient loin d’imaginer que Joseph pouvait devenir gouverneur en Egypte... Dans aucune vision, ils ne pouvaient l’imaginer…Ils l’ont même vu physiquement mais cela ne leur a rien dit, ils ne l’avaient pas reconnu ; c’est alors que Joseph décide de sortir tout le monde…Il ne pouvait plus se contenir à cause de l’atmosphère. Il y a un type d’atmosphère créée par les émotions.

Tu ne peux pas jouer un grand rôle dans ce monde, sur cette terre, ni aller loin sans passer par des moments difficiles. Ton histoire doit parler, avoir un langage atypique étoffé d’un type de marques, de blessures et de larmes. Joseph, conscient de la place qu’il occupait dans la vie de son père, conscient du choc qu’avait ressenti son père parce qu’ayant été brutalement arraché de cette manière, demanda au verset 3 : Mon père vit-il encore ?

N’oubliez pas qu’il était le fils aîné de Rachel, la femme pour laquelle Jacob a travaillé pendant quatorze ans. Son père lui avait fait coudre une tunique multicolore : Mon père vit-il encore ? Une relation spéciale ! La grandeur reconnaît et honore la grandeur (pendant que Joseph souffrait de son côté, son père aussi souffrait ! Même le diable et ses agents savent reconnaître les grands.

Verset 5 : Maintenant, ne vous affligez pas, et ne soyez pas fâchés de m’avoir vendu pour être conduit ici, car c’est pour vous sauver la vie que Dieu m’a envoyé devant vous.

En d’autres termes disait Joseph : c’est pour votre nouveau départ que Dieu m’a envoyé en Egypte au risque de périr des suites de famine. Donc Dieu a anticipé, Il m’a envoyé, je suis passé par le désert. Après, Dieu m’a sorti de là et maintenant j’ai la capacité divine, de vous sortir aussi.

Dieu a commencé quelque chose avec Joseph qui pouvait à son tour, le faire pour ses frères.

Versets 14-15 : Il se jeta au cou de Benjamin, son frère, et pleura ; et Benjamin pleura sur son cou. Il embrassa aussi tous ses frères, en pleurant. Après quoi, ses frères s’entretinrent avec lui.

Les retrouvailles. Joseph retrouve son unique petit frère utérin Benjamin. Qu’a ressenti, vécu Benjamin pendant tout ce temps ? Lui aussi avait le cœur brisé, savoir que son grand frère avait été vendu. Quand on vendait Joseph les enfants des servantes de Rachel étaient présents, ceux qui étaient censés le protéger…Rien !

Les émotions et les Africains ! Laissons Dieu travailler dans nos vies parce qu’il y a des émotions qui nous arrêtent lorsqu’il faut pourtant avancer.

Verset 20 : Ne regrettez point ce que vous laisserez, car ce qu’il y a de meilleur dans tout le pays d’Egypte sera pour vous.

Le nouveau départ qui s’ouvrait ainsi pour les frères de Joseph, annonçait de nouvelles choses : Versets 26-28 : Ils lui dirent : Joseph vit encore, et même c’est lui qui gouverne tout le pays d’Egypte. Mais le cœur de Jacob resta froid, parce qu’il ne les croyait pas. Ils lui rapportèrent toutes les paroles que Joseph leur avait dites. Il vit les chars que Joseph avait envoyés pour le transporter. C’est alors que l’esprit de Jacob, leur père, se ranima. Et Israël dit : C’est assez ! Joseph, mon fils, vit encore ! J’irai, et je le verrai avant que je meure.

Voilà l’ordre divin.