Les hommes et femmes du déblocage vol.19 (ne se lassent point de faire du bien)

C-10-10-2021

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références Bibliques : Ecclésiaste 7 : 8a ; Galates 6 : 9 ; Actes 9 : 36 et suivants ; Jean 3 : 16 ; Luc 7 : 1-5 ; 2 Corinthiens 9 : 10

                Les Hommes du déblocage au-delà de ne jamais oublier Ecclésiaste 7 : 8a, ne doivent pas se lasser de faire le bien parce que le bien est une semence qui germera et produira au temps convenable.

            Galates 6 : 9 : Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas.

            En d’autres termes, ne nous fatiguons pas, ne nous relâchons pas de faire le bien. Le bien est tout ce qui est moralement acceptable, ce qui est conforme à la règle morale, tout ce qui peut produire la joie selon Dieu, tout ce qui édifie, qui fortifie positivement, tout ce qui peut bâtir, construire. C’est une semence puisque l’Apôtre Paul dit : car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. Donc c’est un piège de l’ennemi de nous dissuader, de nous décourager pour que nous ne puissions plus faire le bien, dans l’optique de nous empêcher de moissonner au temps convenable. Et les Hommes du déblocage doivent savoir que le déblocage ne peut pas avoir lieu, ne peut pas se produire si on n’est pas engagé (d’une manière persévérante) à faire le bien et à s’y maintenir. C’est pourquoi il y a beaucoup de pièges de l’ennemi lorsque vous faites le bien : Le dénigrement, le découragement, la calomnie… L’objectif étant de vous arrêter, de vous pousser à cesser de faire le bien. Il faut donc continuer de semer (en faisant le bien) contre vents et marrées pour espérer moissonner.

Ne te relâche pas, ne te fatigue pas de faire le bien, continue de faire le bien aussi longtemps que tu es un homme, une femme du déblocage ; même comme l’ennemi veut t’ arrêter, te décourager ; même quand l’ennemi suscite les gens de l’intérieur (famille biologique, église) pour te décourager…Il faut continuer de faire le bien. Persévérer en affrontant et renversant des résistances qui s’opposent au bien…Pour la gloire de Dieu.

            Il n’est plus facile de faire le bien de nos jours mais l’Apôtre Paul insiste sur le bien parce qu’il a un impact plus que les paroles. Le bien renvoie aux actions concrètes. Nous prions, nous chantons…Et le monde attend des actes concrets. Les Hommes du déblocage réfléchissent toujours dans le sens de faire le bien : Actes 9 : 36 et suivants : Il y avait à Joppé, parmi les disciples, une femme nommée Tabitha, ce qui signifie Dorcas: elle faisait beaucoup de bonnes œuvres et d'aumônes. Elle tomba malade en ce temps-là, et mourut. Après l'avoir lavée, on la déposa dans une chambre haute.  Comme Lydde est près de Joppé, les disciples, ayant appris que Pierre s'y trouvait, envoyèrent deux hommes vers lui, pour le prier de venir chez eux sans tarder.  Pierre se leva, et partit avec ces hommes. Lorsqu'il fut arrivé, on le conduisit dans la chambre haute. Toutes les veuves l'entourèrent en pleurant, et lui montrèrent les tuniques et les vêtements que faisait Dorcas pendant qu'elle était avec elles.

            Dorcas faisait le bien raison pour laquelle ses actes parlaient en sa faveur. Et son ministère a eu un impact significatif.

            Ce que Dieu prescrit, ne soustrait personne, aucune autorité, y compris les pasteurs. Tu ne peux pas atteindre un niveau de provision financière en tant que pasteur si tu ne comprends pas cette dimension. L’Apôtre Paul s’incluait dans cette exhortation ce qui signifie que lui-même faisait le bien, s’attendant à la moisson. Un pasteur est un semeur parce que c’est Dieu son pourvoyeur qui lui donnera toujours la semence. La Bible ne dit-elle pas dans 2 Corinthiens 9 : 10 : Celui qui Fournit de la semence au semeur, Et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice. Es-tu un semeur ?

            Luc 7 : 1-5 : Après avoir achevé tous ces discours devant le peuple qui l'écoutait, Jésus entra dans Capernaüm. Un centenier avait un serviteur auquel il était très attaché, et qui se trouvait malade, sur le point de mourir. Ayant entendu parler de Jésus, il lui envoya quelques anciens des Juifs, pour le prier de venir guérir son serviteur.  Ils arrivèrent auprès de Jésus, et lui adressèrent d'instantes supplications, disant: Il mérite que tu lui accordes cela; car il aime notre nation, et c'est lui qui a bâti notre synagogue.

            Ce centenier était un Romain, il n’était donc pas un Juif mais il y avait été affecté pour une mission professionnelle. Cet homme souffrait, pas, parce que c’est lui-même qui était malade mais son serviteur. Comment traites-tu tes employés ?  Quand on parle de semence, cela concerne aussi bien le serviteur que le maître. Parce que ce centenier ne pouvait pas être très attaché à ce serviteur s’il n’était pas dévoué, honnête et ne travaillait pas bien. Chacun a donc quelque chose à offrir.