L’accomplissement des promesses divines Vol. 6 (la puissance de la parole de Dieu)

RV-25-09-2020 

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références Bibliques: Esaïe 55 : 10-11 ; Ecclésiaste 3 : 1 ; Job 33 : 14 ; Actes 9 : 15-16 ; Matthieu 16 : 24 ; Actes 23 : 11-24 

            Pour qu’il y ait promesses divines, il faut qu’il y ait eu au préalable une parole. La parole de Dieu qui ne retourne pas à la source divine, sans avoir exécuté et accompli la volonté et les desseins de l’Eternel.

            Esaïe 55 : 10-11 : Comme la pluie et la neige descendent des cieux, Et n’y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, Sans avoir donné de la semence au semeur Et du pain à celui qui mange, ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins.

            Par cette référence Biblique, Dieu rassure qu’Il s’engage au travers de Sa parole, qui Lui revient toujours avec effet et accomplissement. Quand la parole de Dieu sort, elle ne retournera pas à sa source sans avoir accompli le but pour lequel elle est sortie. Que ce soit la parole ou par la prophétie, la source est la même. La parole de Dieu ne reste pas suspendue. Raison pour laquelle dans Ecclésiaste 3 : 1 : Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux. Cette parole qui est sortie, au temps marqué, elle rentre dire à Dieu : J’ai accompli ce pourquoi J’étais sortie. C’est pourquoi il n’y a pas de foi sans la parole de Dieu. Qu’est-ce que Dieu t’a dit ? Parce que tout ce que le diable fait, c’est de s’attaquer à toi, s’attaquer à la parole que tu as reçue de Dieu, en t’amenant à douter.  Comme tu as une bouche, Dieu a aussi une bouche c’est pourquoi Il t’a créé à Son image et à Sa ressemblance ! Donc Dieu peut passer par toi pour parler, Il peut passer par quelqu’un d’autre pour te parler : Job 33 : 14 : Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, Tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde. D’où l’importance d’identifier la voix de Dieu, de savoir quand c’est Dieu qui parle : Le discernement, un don qui nous permet de reconnaître la voix de Dieu, mais aussi de prendre de bonnes décisions et de faire de bons choix.

            Revenant à la parole de Dieu, quand elle sort pour ta vie, elle dit : Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme (3 Jean 1 : 2). Et comme tu reçois cette parole, sache que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement (Hébreux 13 : 8). Il n’a pas changé, Il le fera. La parole qu’Il t’a adressée, c’est pour un but. Dieu va aussi adresser Sa parole à ton ennemi, celui-là qui se cache dans l’eau comme un poisson mais la bonne nouvelle est que Dieu va pêcher tes ennemis, ces sorciers qui se cachent pour te nuire et pour nuire à ta vie, pour te troubler : seront pêchés et capturés par Dieu au nom puissant de Jésus-Christ.

            Actes 9 : 15-16 : Mais le Seigneur lui dit : Va, car cet homme est un instrument que j’ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d’Israël ; et je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour mon nom.

            C’est l’histoire de Saul qu’on appellera plus tard Paul. Dieu s’adresse à Ananias Son disciple, un homme pieux. Dieu lui dit d’aller prier pour cet homme qui jeûnait depuis trois jours, ayant perdu la vue ; mais Ananias n’avait pas compris que Dieu l’avait choisi, lui donnant Son mandat à travers cette parole. Dieu avait décidé cette année là, d’amener Saul, l’homme qui persécutait les chrétiens à Damas, Il l’a saisi et dans Son plan, c’est la prière d’Ananias qui devait lui permettre de recouvrer la vue. Ananias rappelle au Seigneur tous les maux que Saul a faits aux chrétiens. Mais le Seigneur réplique : je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour mon nom. La même source, le même Dieu. Même idée contenue dans Matthieu 16 : 24 : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. Renoncer à lui-même équivaut aussi à renoncer à ses propres projets…Pour suivre le Seigneur. Donc Ananias avait la clé. Dans la parole de Dieu qui a été écrite te concernant, qui a été déclarée pour ta vie, il y a au moins une clé que Dieu t’a donnée.

            Tu dois souffrir pour qui ? Pour Dieu. La souffrance fait mal. Mais le Seigneur dit c’est pour Son nom.

            Actes 23 : 11 : La nuit suivante, le Seigneur apparut à Paul, et dit : Prends courage ; car, de même que tu as rendu témoignage de moi dans Jérusalem, il faut aussi que tu rendes témoignage dans Rome.

            Ce Paul a été lapidé à Lystre, on a cru qu’il était mort, on l’a abandonné. Les frères l’ont entouré (prié pour lui). A Jérusalem on l’a maltraité. Le Seigneur lui dit : Prends courage. Le Seigneur te dit : Prends courage.

            Versets 12-15 : Quand le jour fut venu, les Juifs formèrent un complot, et firent des imprécations contre eux-mêmes, en disant qu’ils s’abstiendraient de manger et de boire jusqu’à ce qu’ils eussent tué Paul.  Ceux qui formèrent ce complot étaient plus de quarante, et ils allèrent trouver les principaux sacrificateurs et les anciens, auxquels ils dirent: Nous nous sommes engagés, avec des imprécations contre nous-mêmes, à ne rien manger jusqu’à ce que nous ayons tué Paul. Vous donc, maintenant, adressez-vous avec le sanhédrin au tribun, pour qu’il l’amène devant vous, comme si vous vouliez examiner sa cause plus exactement ; et nous, avant qu’il approche, nous sommes prêts à le tuer.

            Le Complot. Le diable aussi parle mais la vraie question est de savoir : Qui t’a parlé ? La bataille des paroles. Ne t’étonne pas qu’il y ait des complots contre toi, le diable opposera toujours une parole à celle de Dieu dans ta vie mais qui t’a parlé ? C’est pourquoi nous devons être hypersensibles au Saint-Esprit qui est un Stratège parfait qui nous permettra de discerner la voix de Dieu à celle de l’ennemi.

            Versets 16-22 : Le fils de la sœur de Paul, ayant eu connaissance du guet-apens, alla dans la forteresse en informer Paul. Paul appela l’un des centeniers, et dit : Mène ce jeune homme vers le tribun, car il a quelque chose à lui rapporter. Le centenier prit le jeune homme avec lui, le conduisit vers le tribun, et dit : Le prisonnier Paul m’a appelé, et il m’a prié de t’amener ce jeune homme, qui a quelque chose à te dire. Le tribun, prenant le jeune homme par la main, et se retirant à l’écart, lui demanda : Qu’as-tu à m’annoncer ? Il répondit : Les Juifs sont convenus de te prier d’amener Paul demain devant le sanhédrin, comme si tu devais t’enquérir de lui plus exactement. Ne les écoute pas, car plus de quarante d’entre eux lui dressent un guet-apens, et se sont engagés, avec des imprécations contre eux-mêmes, à ne rien manger ni boire jusqu’à ce qu’ils l’aient tué ; maintenant ils sont prêts, et n’attendent que ton consentement. Le tribun renvoya le jeune homme, après lui avoir recommandé de ne parler à personne de ce rapport qu’il lui avait fait.

            Aucun complot ne doit t’arrêter. Qui Dieu a utilisé dans ce contexte ? Le neveu de Paul. Comment avait-il fait pour se retrouver là ? C’est de cette manière que Dieu agit. Et si tu n’es pas hypersensible, t’attendant seulement à ce que Dieu te parle par le Pasteur, tu vas échouer. La preuve : Ananias n’était pas Apôtre mais il a prié pour Paul, l’Apôtre des Apôtres et pour ce complot, Dieu utilise son neveu. Et le tribun dit au neveu : … de ne parler à personne de ce rapport qu’il lui avait fait. Dieu ! Pour l’accomplissement des desseins de Dieu, les acteurs que Dieu utilisera, doivent suivre les consignes divines. Ils doivent obéir pour une fin heureuse : Versets 23-24.