La nécessité d’être à sa place Vol. 33 (parents dans la foi-enfant légitime Vol.5)

 C-27-12-2020

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : 2 Timothée 3 : 17 ; 2 Timothée 3 : 10 -12 ; Actes 14 : 19-20 ;  Actes 16 : 1-2 ; 2 Timothée 4 : 14-15 

            Suite de cet angle dans cette riche série consacrée à la nécessité d’être à sa place. A titre de rappel, les relations entre parents et enfants ne se limitent pas seulement au niveau du cercle familial. Il y a des guides, des mentors que Dieu place sur notre chemin pour nous tenir par la main et nous aider à accomplir notre destinée. Ainsi donc, notre percée, l’accomplissement de notre destinée passe par la soumission à ces personnes (cas de l’Apôtre Paul et de son fils légitime dans la foi Timothée).

            2 Timothée 3 : 17 : «afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre.

            L’Apôtre Paul a appelé Timothée homme de Dieu. Il lui a dit qu’il doit être un homme de Dieu accompli. Tout chrétien doit être un Homme de Dieu accompli  là où Dieu l’a placé (au plan professionnel, où il habite…). Et si votre vie n’est pas transformée,  il vous sera difficile de représenter Dieu à cet endroit : c’est le grand challenge des chrétiens aujourd’hui qui brillent par leurs contradictions.

            2 Timothée 3 : 10 : Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, ma charité, ma constance.

            Paul dit à Timothée : Tu m’as suivi de près. En d’autres termes, tu as véritablement été un disciple et je suis pour toi un modèle. Donc, tu dois suivre mes traces. Il pouvait le dire parce que lui-même était imitateur de Christ (Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ 1 Corinthiens 11 : 1). Pour réussir, il y a des personnes (mentors) que l’on doit rencontrer dans notre couloir, dans notre filière… Ce sont des gens qui doivent nous influencer positivement et auxquels nous devons être soumis pour pouvoir accomplir notre destinée.

            Verset 11 : Mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n'ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre ? Quelles persécutions n'ai-je pas supportées ? Et le Seigneur m'a délivré de toutes.

            Le mot souffrance aujourd’hui, est évité dans plusieurs milieux chrétiens où on ne parle que de prospérité. Or les souffrances ne sauraient être dissociées de la vie de l’Homme sur cette terre. Paul parle des persécutions et des souffrances attachées à son engagement à servir le Seigneur. Quand nous occupons notre place en tant que chrétien, leader, professionnel… et que nous voulons reproduire le modèle de Christ, attendons-nous aux persécutions : c’est vrai ça fait mal ; mais c’est normal (Verset 12 : Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés). Nous devons le savoir afin d’être préparés et de persévérer.

            Actes 14 : 19-20 : Alors survinrent d'Antioche et d'Icone des Juifs qui gagnèrent la foule, et qui, après avoir lapidé Paul, le traînèrent hors de la ville, pensant qu'il était mort.

 20 Mais, les disciples l'ayant entouré, il se leva, et entra dans la ville. Le lendemain, il partit pour Derbe avec Barnabas. 

            Paul était avec Barnabas mais c’est lui qui a été lapidé. Pourquoi ? A cause de son appel spécial et de cette grâce particulière qui était sur sa vie. Il y a des gens notamment des jeunes, qui veulent une grande onction, ils veulent que Dieu les utilisent puissamment ; mais ce qu’ils ignorent est que cette élévation est aussi attachée à un type de persécutions.

            Actes 16 : 1-2 : Il se rendit ensuite à Derbe et à Lystre. Et voici, il y avait là un disciple nommé Timothée, fils d'une femme juive fidèle et d'un père grec. 

2 Les frères de Lystre et d'Icone rendaient de lui un bon témoignage.

            L’Apôtre Paul après avoir été lapidé est retourné dans la même ville parce que c’était la volonté de Dieu. Et c’est là qu’il va faire la connaissance de Timothée : il y a un prix à payer. Beaucoup à l’église, veulent des dons mais refusent le donateur. Ils ont la Parole de Dieu dans leur tête et leur cœur est fermé à toute transformation venant d’elle. Mais ils s’en-tête à y rester et à causer des troubles. L’Apôtre Paul en tant que mentor de Timothée, et compte tenu de son parcours, le met en garde par rapport à ce type de chrétiens à l’église à l’instar d’Alexandre (2 Timothée 4 : 14-15 : Alexandre, le forgeron, m'a fait beaucoup de mal. Le Seigneur lui rendra selon ses œuvres. 15 : Garde toi aussi de lui, car il s'est fortement opposé à nos paroles).