La nécessité d’être à sa place Vol. 16 (il est important d’être à sa place)

C-30-08-2020

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Ecclésiaste 7 : 8a, Psaumes 82 : 6 ; Juges 10 : 1-2 ; 1 Rois 2 : 14-15 ; Matthieu 6 : 33 ; 1 Rois 11 : 2

            A titre de rappel, on n’est béni qu’à sa place ; les prophéties ne s’accomplissent que lorsqu’on est à sa place ; la protection et la provision divines dépendent de sa place ; la manifestation de la grâce divine dans sa plénitude dépend de sa place. Il est donc important d’être à sa place.

            Nous avons vu le cas d’Abimélec dernièrement ; pour avoir convoité la place qui n’était pas la sienne, il a versé le sang innocent (soixante-dix de ses frères). Et parce qu’Abimélec n’était pas à sa place, il est devenu fragile et vulnérable et c’est la raison pour laquelle la malédiction de Jotham a eu un grand impact dans sa vie : Une femme lança sur la tête d’Abimélec un morceau de meule de moulin, et lui brisa le crâne. Aussitôt il appela le jeune homme qui portait ses  armes, et lui dit : Tire ton épée, et donne-moi la mort, de peur qu’on ne dise de moi : C’est une femme qui l’a tué. Le jeune homme le perça, et il mourut. La Bible déclare dans Ecclésiaste 7 : 8a : Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement…Si tu es à ta place, tu ne peux pas finir comme Abimélec parce que le Dieu qui t’a établi, est Celui-là qui va te protéger. Sa grâce va demeurer sur toi tant que tu Lui demeureras fidèle.

            Juges 10 : 1-2 : Après Abimélec, Thola, fils de Pua, fils de Dodo, homme d’Issacar, se leva pour délivrer Israël ; il habitait à Schamir, dans la montagne d’Ephraïm. Il fut juge en Israël pendant vingt-trois ans ; puis il mourut, et fut enterré à Schamir.

            Israël était dans la confusion. C’est dans ce contexte que Thola se leva. « se lever » ici ne renvoie pas à une décision humaine. Ceci signifie que Thola était appelé de Dieu. Il s’est levé au temps de Dieu, avec Sa grâce, Son onction, Son autorité et Sa sagesse ; pour pouvoir délivrer Israël de la confusion dans laquelle Abimélec l’avait plongée. Il faut respecter le temps et l’agenda de Dieu. Thola qui a succédé à Abimélec, avait pour objectif, remettre de l’ordre en Israël. Il n’était pas question de délivrer Israël sans ordre divin. L’ordre divin parle aussi de la justice.

            Si tu veux bien finir, finir dans la gloire, choisis la justice mais ce n’est pas facile parce qu’il y aura à côté ceux qui réussissent facilement et qui vous narguent. Mieux vaut marcher avec Dieu, parce que la fin avec Dieu est une fin glorieuse.

Prière

  • Barrons la voie à quiconque veut se lever n’ayant pas été appelé de Dieu, que ce soit en famille, dans la ville, la nation, le continent…prie, prie, prie…

            Versets 3-5 : Après lui, se leva Jaïr, le Galaadite, qui fut juge en Israël pendant vingt-deux ans. Il avait trente fils, qui montaient sur trente ânons, et qui possédaient trente villes, appelées encore aujourd’hui bourgs de Jaïr, et situées dans le pays de Galaad. Et Jaïr mourut, et fut enterré à Kamon.

            Thola était juge, son successeur était aussi juge parce que c’était la volonté de Dieu. Quand tu es fidèle à Dieu, tu laisses un bon héritage : Il avait trente fils, qui montaient sur trente ânons, et qui possédaient trente villes, appelées encore aujourd’hui bourgs de Jaïr, et situées dans le pays de Galaad. Recherchons le modèle divin : Psaumes 127 : 1 : Si l’Eternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain ; Si l’Eternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain.

            Bâtir la maison revient à dire, bâtir la famille, la nation, les communautés, le continent… et on ne peut bâtir sûrement que sur les fondements divins que sont la justice et la vérité. Quand tu es à ta place, tu ne comptes que sur l’Eternel : C’est Lui qui te donne la sagesse, c’est Lui qui te révèle les choses cachées, c’est Lui qui te révèle les plans de l’ennemi et c’est Lui qui combat pour toi. Es-tu à ta place ? Thola était à sa place, Jaïr aussi. Tout le contraire d’Adonija, qui se laissa emporter par l’orgueil une fois que son père David était devenu vieux. Quelqu’un d’orgueilleux se surestime. C’est ainsi qu’il a conçu un plan pour occuper le trône royal du vivant de son père. Il a eu des alliés, il a fait des sacrifices à ses dieux, exactement comme les sacrifices qu’Abimélec avait faits. Mais Adonija reconnaîtra dans un entretien avec Bath-Schéba mère de Salomon dans 1 Rois 2 : 14-15 que : Tu sais que la royauté m’appartenait, et que tout Israël portait ses regards sur moi pour me faire régner. Mais la royauté a tourné, et elle est échue à mon frère, parce que l’Eternel la lui a donnée. En d’autres termes, malgré toutes ses stratégies qu’il avait mises sur pied à savoir les hommes qui étaient à son service, les cerveaux qui travaillaient pour lui, Adonija avoue que c’est l’Eternel Seul qui est capable d’attribuer une place. C’est pourquoi il faut demeurer sur les priorités divines étant à sa place, c’est ainsi que nous accomplirons les desseins de l’Eternel ; Jésus étant le N° 1 (Matthieu 6 : 33).

Tu dois être à ta place, celle que Dieu t’a donnée. Et c’est Lui qui t’aidera à la garder. Personne ne peut arracher ce que Dieu t’a donné excepté toi-même en ouvrant les portes de ta vie par le biais du péché. Personne ne peut non plus  t’enlever de ta place mais tu peux te disqualifier à l’instar de Salomon qui s’attacha aux nations dont l’Eternel avait dit aux enfants d’Israël : Vous n’irez point chez elles, et elles ne viendront point chez vous ; elles tourneraient certainement vos cœurs du côté de leurs dieux. Ce fut à ces nations que s’attacha Salomon, entraîné par l’amour : 1 Rois 11 : 2.