La nécessité d’être à sa place Vol. 15 (Dieu a une place pour chacun)

C-23-08-2020

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Juges 9 : 1-20 ; 46 et suivants ; Zacharie 4 : 6 ; Ecclésiaste 7 : 8a ; Psaumes 82 : 6 ; Romains 8 : 19

            Nous continuons avec cette riche série sur la nécessité d’être à sa place ; souvenez-vous  de Moïse la dernière fois, nous en avons parlé. Moïse, un appelé de Dieu. Mais quarante ans plus tôt, il a voulu commencer l’œuvre de Dieu comptant sur ses capacités (il était puissant en actes et en paroles) ; Moïse croyait qu’il pouvait réussir avec la force qu’il avait. En lien avec Zacharie 4 : 6, la Bible déclare que ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Eternel des armées. Il a fallu quarante ans encore pour que Dieu apparaisse à Moïse afin de lui donner une expérience. Ce qui veut dire clairement, que tu ne peux pas servir Dieu à ta place sans au préalable L’avoir rencontré d’une manière ou d’une autre, c’est Lui qui va créer cette rencontre puisque c’est Dieu qui vous appelle. D’où l’importance d’être à sa place. Dieu a une place pour chacun. Ne convoite pas celle d’autrui.

            Juges 9 : 1-6 nous parle d’Abimélec, fils de Jerubbaal qui se rendit à Sichem vers les frères de sa mère pour leur dire : Vaut-il mieux pour vous que soixante-dix hommes, tous fils de Jerubbaal, dominent sur vous, ou qu’un seul homme domine sur vous ?           

Qui est Jerubbaal ? C’était un autre nom de Gédéon ; un appelé de Dieu mais qui avait eu un enfant nommé Abimélec avec une de ses servantes. Ce dernier a convoité la place de son père et a voulu le destituer et l’occuper par tous les moyens. Pour mettre sa stratégie sur pied, il est allé dans sa famille maternelle à l’effet de les convaincre sur la base de la fibre sentimentale : souvenez-vous que je suis votre os et votre chair. En d’autres termes, si je suis établi, vous, ma famille maternelle, serez bien. Et comme c’est le spirituel qui contrôle le naturel, sa famille maternelle adorait un dieu appelé Baal-Berith ; ils sont allés prendre soixante dix sicles d’argent de la maison de cette divinité afin qu’Abimélec s’en servit et achetât des misérables et des turbulents, pour tuer soixante dix de ses frères. Il n’échappa que Jotham, le plus jeune fils de Jerubbaal parce qu’il s’était caché.

Au verset 6, il est dit que tous les habitants de Sichem et toute la maison de Millo se rassemblèrent ; ils vinrent, et proclamèrent roi Abimélec, près du chêne planté dans Sichem.

L’être humain cause plus de problèmes à Dieu ; il est préférable d’avoir affaire aux animaux. Bien qu’étant créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, l’homme sait être rebelle et têtu. On n’a qu’à voir comment Abimélec, avec le soutien de sa famille maternelle, est devenu roi en Israël. Est-ce qu’il était à sa place ? Savez-vous que même aujourd’hui en Afrique il y a des royaumes, des villages qui ont des problèmes parce que les gens que Dieu n’avait pas appelés à occuper certains sièges d’autorité, ont tout fait pour l’occuper ? Et cela crée et continue de créer des problèmes et des dysfonctionnements au sein desdites communautés. C’est la raison pour laquelle le plus important n’est pas d’occuper une place mais d’y demeurer.

Aux versets 7-13 : Jotham en fut informé. Il alla se placer sur le sommet de la montagne de Garizim, et voici ce qu’il leur cria à haute voix : Ecoutez-moi, habitants de Sichem, et que Dieu vous écoute ! Les arbres partirent pour aller oindre un roi et le mettre à leur tête. Ils dirent à l’olivier : Règne sur nous. Mais l’olivier leur répondit : Renoncerais-je à mon huile, qui m’assure les hommages de Dieu et des hommes, pour aller planer sur les arbres ?  Et les arbres dirent au figuier : Viens, toi, règne sur nous. Mais le figuier leur répondit : Renoncerais-je à ma douceur et à mon excellent fruit, pour aller planer sur les arbres ?  Et les arbres dirent à la vigne : Viens, toi, règne sur nous. Mais la vigne leur répondit : Renoncerais-je à mon vin, qui réjouit Dieu et les hommes, pour aller planer sur les arbres ?

Jotham le seul rescapé raconte cette histoire aux habitants de Sichem, pour montrer que même chez les arbres, chacun connait et se contente de sa place. Les hommes qui comprennent ces choses savent que tu ne peux pas bien opérer à ta place, si tu ne sais pas ce que Dieu t’a donné, d’où cette rencontre capitale avec Dieu. Quand Dieu établit quelqu’un, Il va lui donner un secret, Son onction, Sa sagesse, Sa puissance et Son autorité. L’homme qui est conscient de cet appel, n’enviera pas la place d’une autre personne parce qu’il sait que c’est le Tout-Puissant qui l’a appelé à cette place. Est-ce que tu te réjouis de ce que Dieu t’a donné ? Ou alors tu convoites seulement ce que les autres ont, ignorant les souffrances cachées attachées à leur position ? C’est Dieu qui nous a tous appelés, Il a le meilleur pour chacun de nous. S’Il nous a maintenus en vie, c’est pour un but…..Nous devons tout simplement nous soumettre à la formation divine et attendre le temps favorable. L’essentiel étant de se poser la question si nous sommes encore avec Jésus. Si tel est le cas, demeurons fidèles et au temps marqué, Dieu nous rétablira et les hommes sauront que c’est Dieu.

En réalité quand on parle de place, on parle aussi de classe, de devoirs, de pressions, de droits. Beaucoup ne pensent qu’à leurs droits et ignorent les devoirs attachés à leur place.

Les versets 16-20 nous renseignent que, quand vous n’êtes pas à votre place, vous êtes très vulnérables et fragiles, on peut même vous maudire cela s’accomplit. À l’instar de Jotham qui l’a fait au verset 20, créant la confusion entre Abimélec et sa famille maternelle : Qu’un feu sorte d’Abimélec et dévore les habitants de Sichem et la maison de Millo, et qu’un feu sorte des habitants de Sichem et de la maison de Millo et dévore Abimélec !

Prière

  • Oh Dieu trouble quiconque a occupé ma place, prie, prie, prie…trouble quiconque a arraché ce qui est à moi, trouble quiconque a volé ce qui est à moi, quiconque a volé mes biens, trouble –le Seigneur, trouble-le au nom puissant de Jésus-Christ ;
  • Oh Dieu attaque quiconque veut me détruire à ma place, attaque quiconque a ciblé mes affaires, ma maison, attaque-le, attaque quiconque a ciblé mon héritage au nom puissant de Jésus-Christ.

Jotham a fait une déclaration et elle s’est accomplie parce que le Seigneur honore tous ceux qui sont à leur place : Versets 46 et suivants. Chacun a sa place, ne convoite pas celle réservée à quelqu’un d’autre.