La nécessité d’être à sa place vol. 12 (Tout commence avec le cœur)

C-02-08-2020

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Osée 4 : 6 ; Jean 8 : 32 ; 1 Samuel 15 : 22-23 ; Genèse 16 : 7-10 ; Luc 7 : 36-46 ; Matthieu 11 : 12 ; 1 Jean 5 : 3-4 

            Etre à sa place n’a aucun rapport avec la position physique. Etre à sa place a un lien avec la notion de couloir ; c’est-à-dire qu’on opère dans son couloir tout en accomplissant la volonté de Dieu, et la volonté de Dieu rime avec les bonnes dispositions du cœur. Raison pour laquelle pour être à sa place, tout commence avec le cœur, un cœur repentant et sincère pour une transformation totale, compatible avec cette place divine. A l’instar de cette prostituée dont le cœur avait radicalement changé pour un positionnement qui glorifie désormais Dieu.

            Osée 4 : 6 : Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Il s’agit de la connaissance de la parole de Dieu. Et en lien avec Jean 8 : 32 : vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. La vérité parle aussi de révélation. L’illustration est donnée dans Luc 7 : 36-39 : Un pharisien pria Jésus de manger avec lui. Jésus entra dans la maison du pharisien, et se mit à table. Et voici, une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville, ayant su qu’il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d’albâtre plein de parfum, et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait ; et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum. Le pharisien qui l’avait invité, voyant cela, dit en lui-même : Si cet homme était prophète, il connaîtrait qui et de quelle espèce est la femme qui le touche, il connaîtrait que c’est une pécheresse.

            A vrai dire cette prostituée a eu la révélation de qui est Jésus. Elle a appris que ce Jésus qui était la Solution à son problème, était chez Simon ; c’est ainsi qu’elle a pris un vase d’albâtre plein de parfum pour aller à Sa rencontre avec un cœur repentant. Pendant ce temps, le religieux murmurait dans son cœur : Si cet homme était prophète, il connaîtrait qui et de quelle espèce est la femme qui le touche, il connaîtrait que c’est une pécheresse. Ce dernier n’a pas compris que Jésus étant à Sa place, quiconque le rencontrait sincèrement comme cette femme pécheresse devait être aussi positionnée parce qu’elle menait une mauvaise vie. Elle a utilisé la violence pour atteindre son objectif (Matthieu 11 : 12 : Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en emparent). Elle est entrée chez cet homme avec un cœur repentant parce que pour être à sa place, tout commence avec le cœur. Cette femme avait la même morphologie mais en réalité, son cœur avait changé ; le pharisien n’a vu que son passé, l’a jugée selon ce passé mais il n’a pas vu son cœur : Un cœur désormais acquis à la cause du Seigneur.

            Au verset 40 : Jésus prit la parole, et lui dit : Simon, j’ai quelque chose à te dire. — Maître, parle, répondit-il. 

            Simon qui venait de murmurer contre le Seigneur, L’appelle « Maître » : L’hypocrisie. La religion est hypocrite.

            Versets 41-46 : Un créancier avait deux débiteurs : l’un devait cinq cents deniers, et l’autre cinquante. Comme ils n’avaient pas de quoi payer, il leur remit à tous deux leur dette. Lequel l’aimera le plus ? Simon répondit : Celui, je pense, auquel il a le plus remis. Jésus lui dit : Tu as bien jugé. Puis, se tournant vers la femme, il dit à Simon : Vois-tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as point donné d’eau pour laver mes pieds ; mais elle, elle les a mouillés de ses larmes, et les a essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as point donné de baiser ; mais elle, depuis que je suis entré, elle n’a point cessé de me baiser les pieds. Tu n’as point versé d’huile sur ma tête ; mais elle, elle a versé du parfum sur mes pieds.

            L’humilité de cette femme l’a amenée à verser le parfum plutôt aux pieds du Seigneur : L’humilité précède la gloire (Proverbes 15 : 33). Cette femme a servi Jésus avec un cœur sincère et repentant. Elle a beaucoup aimé (verset 47). Avec cette attitude favorable, elle a pu recevoir ce que Simon n’a pas pu avoir. Pourquoi ? A cause de son cœur qui l’a positionnée sur les voies droites du Seigneur : Ta foi t’a sauvée, va en paix (verset 50).

            1 Jean 5 : 3-4 : Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi.

             L’amour de Dieu consiste à garder Ses commandements et ceux qui gardent les commandements de l’Eternel ont toujours un bon témoignage, une bonne réputation. Et parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, quelque soit ce qui arrive, la question est de savoir es-tu né de Dieu ? Si tu es né de Dieu cela signifie que tu gardes Ses commandements. Et parce que tu gardes Ses commandements, tu marches par la foi puisque la victoire qui triomphe du monde c’est notre foi. Une foi qui nous permettra de surmonter toutes les épreuves relatives à notre place.