Comprendre la moisson vol. 3

RM-16-01-2018

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Matthieu 13 : 3-23 et 36-38 ; 44-45

            2018, année de moisson. Lorsqu’on parle de moisson, on parle de récolte. Et nous avons vu que chaque plante a son cycle de production : Le cycle du maïs  n’est pas le même que celui du macabo. Revenons sur une parabole que nous connaissons tous bien.

            Matthieu 13 : 3-9 qui parle de la parabole du semeur. On dirait que ce semeur semait par hasard puisqu’on ne sait pas comment il a obtenu sa semence. Et certainement il voulait une moisson mais il n’a pas cherché à connaître les techniques appropriées concernant le type de terre à exploiter. Les ingénieurs agronomes peuvent vous en parler, ils vous diront par exemple que telle plante dans telle région, produira beaucoup de fruits. Par contre pour telle autre plante, le résultat sera médiocre ; et c’est pourquoi on parle de zones tropicales, de zones équatoriales, etc. Dans le Littoral par exemple, vous ne pouvez pas cultiver la pomme de France parce que ce climat n’est pas adapté à la production de cette culture. Si vous voulez engager ce type d’activité ici, même si vous avez de très belles semences, vous allez échouer. Quand Dieu t’établit quelque part, Il sait le type de moisson que tu auras sur ce terrain. Même quand Dieu t’amène dans une église, Il te connaît puisque c’est Lui qui donne la semence au semeur. Dieu sait qu’il y a un type d’enseignement que tu recevras là-bas, et en les mettant en pratique, tu moissonneras. Donc on n’ira pas à l’église comme ce semeur qui semait d’une manière fortuite : Une partie tomba, une autre partie tomba…Curieusement ce semeur était content, et chaque soir il revenait, content d’avoir travaillé. Les chrétiens ne doivent être contents que pour un travail productif. Les gens doivent faire une corrélation entre le message de l’année dernière et le message de cette année. Et les experts qui viendront inspecter votre champ vous diront par exemple que : Tel travail est productif avant même la moisson ; tout simplement parce que vous avez choisi les meilleures semences, la bonne terre, les meilleurs engrais et vous traitez bien votre champ ; cette annonce est une prophétie mais c’est la prophétie des techniciens.

            Matthieu 13 : 8 : Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit, un grain cent, un autre soixante, un autre trente. La récolte est sur la bonne terre. La moisson est au verset 8 ; donc les autres semences qui sont tombées sur les terres pierreuses et épineuses, ont été perdues. Beaucoup qui sont à l’église se plaignent mais à vrai dire ils devraient s’asseoir et se poser cette question fondamentale : Quel type d’investissement font-ils ? La prière est un investissement, s’engager dans un département en est un autre, la Bible parle du type de terre mais je parlerai du type de cœur.

            Matthieu 13 : 18 : Vous donc, écoutez ce que signifie la parabole du semeur. Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son cœur : cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin. Donc quand tu reçois un enseignement que tu ne comprends pas, rapproche toi de ceux qui peuvent t’amener à comprendre ; ne note pas seulement pour les archives ; puisque tu dois comprendre. Le Seigneur s’attend à ce que tu aies ce souci : Comprendre ses enseignements. Si tu ne les comprends pas, tu ne pourras pas produire. Tu dois avoir un objectif ; et quand l’objectif est clairement défini, savoir maintenant quelles sont les règles qui doivent être mises en pratique pour atteindre ledit objectif. L’objectif c’est la moisson ; la semence était là mais la semence seule ne garantit pas une bonne moisson : Il y a des règles. Dieu te dit : Tu dois comprendre et si tu ne comprends pas, rapproche toi de ceux qui peuvent t’aider à comprendre ; prie Dieu qu’Il t’aide même à comprendre.

            Aux versets 20 et 21 : Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute. Ce dernier n’a pas de racines mais émotif, excité. On doit être enraciné et il y a un type d’enseignement qui amène les gens à être véritablement solides dans les affaires du royaume. Ce type de chrétien, dès qu’il a reçu une prophétie, jubile très vite en consultant le calendrier et quand survient une tribulation ou une persécution, il y trouve une occasion de chute puisqu’il n’a pas été enraciné par le type d’enseignement qui devrait l’amener à comprendre qu’il y a des tempêtes, que chacun doit affronter. Ce message concerne les chrétiens mâturs. Pas les chrétiens qui sont permanemment à la recherche des miracles matin-midi-soir. NON. Il y a une marche avec Dieu, il y a des étapes et on doit affronter les défis avec les principes de Dieu, c’est-à-dire, avec la parole de Dieu. Parfois on vous donne un conseil, peut-être c’est pour vous éviter un problème qui surviendra dans un an, tu te dis, tout va bien vraiment oh ! Quand le problème survient, bonjour la catastrophe. Tu dois grandir et note qu’il y aura toujours une occasion de chute et c’est ta racine et ton fondement qui feront la différence ; alors ou tu vas tenir ou tu seras balayé, emporté par le vent. Pas de moisson sans tribulation : Avant la moisson il y aura la tribulation et après la moisson, il n’y en aura encore.

            Matthieu 13:22 : Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse. Certains ont pour souci majeur le vestimentaire, comment assortir les couleurs de sacs et de chaussures, comment faire pour changer une voiture qu’ils conduisent depuis ? Etc. ces désirs ouvrent d’autres portes ; par exemple quelqu’un qui veut seulement conduire de belles voitures. On peut te voir et imaginer comment tu vas finir, à cause des choix que tu fais aujourd’hui. Cette catégorie aux soucis du siècle (la mode…), ce qui n’est pas important. Quel type de soucis as-tu aujourd’hui ? Ces soucis peuvent être des obstacles à ta moisson. La Bible dit et c’est l’Apôtre Paul qui s’adressait à son fils Timothée, en parlant de l’amour de l’argent, si tu aimes l’argent, tu ne vas bien finir.  L’amour des richesses, c’est pourquoi il est important de comprendre que la vie n’est pas une compétition. Se contenter de ce qu’on a, ne pas envier, se concentrer sur l’essentiel. La séduction des richesses ne doit pas étouffer la parole et la rendre infructueuse. La moisson est un choix. On choisit de travailler pour moissonner ; ou travailler en vain ; en vain parce qu’on n’aura pas respecté les principes et n’ayant pas respecté les principes, il n’y aura pas de fruits. Le problème est que toutes ces personnes improductives vont créer une atmosphère hostile au bonheur parce qu’elles ne comprendront pas qu’elles sont responsables de cette situation. Par ailleurs ne soyez pas séduits par les raccourcis, travaillez profondément, soyez patients, persévérez vous verrez des fruits ; n’enviez personne. La moisson est précédée d’étapes. Etape par étape.

            Matthieu 13 : 23 : Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la parole et la comprend ; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente. Beaucoup entendent seulement la parole. Il y a des gens qui ne sont pas encore de vrais adorateurs, parce qu’ils ne comprennent pas le sens de l’adoration ; idem pour la louange. La nécessité de comprendre. Cherche toujours à comprendre. La moisson est évidente ici.

            Aux versets 36-38, les disciples veulent une explication de la parabole du blé et de l’ivraie. Il y a une curiosité positive que chacun de nous doit avoir pour grandir. Jésus est prêt à nous expliquer, ses serviteurs aussi, pour nous permettre d’aller loin avec Dieu.

            Verset 37, Il répondit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; la bonne semence, ce sont les fils du royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du malin ; Jésus vient de répondre. Toute question qui intéresse le Seigneur… Il répondra toujours.

            Aux versets 44 et 45 : Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache ; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ. Le royaume des cieux a plusieurs facettes, il y a des gens qui voient seulement un seul côté depuis cinquante ans ; ils ne savent pas que le royaume des cieux a des diversités. A l’époque certains pentecôtistes ne savaient pas qu’un chrétien peut jouer au football ou de la musique. L’homme qui a trouvé le trésor le cache ; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ. Lorsqu’il achète ce champ, il est entré dans la moisson parce qu’il sait que le trésor est caché dans ce champ. Et c’est pourquoi on dit si vous voulez cacher quelque chose aux africains, mettez-le dans un livre. Les gens qui moissonnent doivent découvrir ce qui est important. Qu’est-ce qui est essentiel ? Quels sont les principes ? Est-ce que tu veux moissonner ? Avant de moissonner on travaille dans le secret.

            Matthieu 13 : 45 : Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles. Tu vois quelqu’un qui réussit dans un couloir du royaume des cieux tu veux le tuer ; en réalité parce que tu ne comprends pas que le royaume des cieux a plusieurs couloirs. Chacun peut développer un couloir dans le royaume des cieux et en devenir un pionnier. Donc ce n’est pas seulement ce que tu as vu, il y a d’autres choses que tu n’as pas encore vues. A vrai dire on doit explorer le royaume des cieux et Dieu s’attend à ce que les gens aient cette curiosité positive et l’explore ; c’est ainsi que tu deviendras leader à un niveau parce que tu te seras habitué à explorer le royaume des cieux avec le Saint-Esprit et dans cette mouvance tu découvres une filière, un couloir pour un de tes enfants, même comme cela paraît dur, il faudra pousser cet enfant. Le royaume des cieux n’est pas imitatif. Il y a un trésor que tu dois découvrir. Et quand tu le découvres, tu seras connu ; les gens viendront te combattre mais tu as les clés que Dieu t’a données. Tu n’utiliseras pas leurs armes, non, parce que Dieu t’a donné ces clés. Chacun de nous est important dans le royaume des cieux parce que chacun de nous doit trouver ce trésor. Et quand tu trouves ce trésor, tu es prêt à sacrifier tout pour cela et le sacrifice là est une semence. Les choses précieuses s’obtiennent difficilement. Les belles perles sont rarissimes et dans chaque couloir il y a des perles. Explore ton domaine, ton couloir et ton secteur, Dieu t’élèvera.