Pas de tournant sans risque vol. 19 (la souveraineté divine)

C-30-06-2019

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Genèse 46 : 28-30 ; Genèse 32 : 24-31 ; Genèse 49 : 1-2 ; Juges 1 : 1-2 ;

                     1 Samuel 16 : 6-7 ; 11-12

2019, année du tournant ; le tournant peut se faire au niveau personnel, familial et communautaire, national et continental. Dans la même veine, nous avons parlé des hommes du tournant, nous focalisant sur Joseph, sur ses qualités, son parcours et nous avons conclu que Joseph était un homme humble, intègre, quelqu’un qui avait refusé de céder aux pressions de l’épouse de Potiphar. Ce n’est donc pas un réseau qui a couronné Joseph gouverneur en Egypte, mais c’est la volonté et la souveraineté de Dieu. Il est difficile voire quasi impossible de dissocier la notion de souveraineté divine à celle du tournant. Et le Dieu souverain opère avec le temps. Quand vous intégrez la notion de souveraineté divine, vous allez vous soumettre à Dieu pour Le laisser vous préparer, par rapport à l’accomplissement de votre mission. Joseph est devenu gouverneur en Egypte mais toi, tu peux devenir Joseph dans ta filière et dans ton couloir puisque chacun en a.

Genèse 46 : 28-30 : Jacob envoya Juda devant lui vers Joseph, pour l’informer qu’il se rendait en Gosen.

29  Joseph attela son char et y monta, pour aller en Gosen, à la rencontre d’Israël, son père. Dès qu’il le vit, il se jeta à son cou, et pleura longtemps sur son cou.

30  Israël dit à Joseph : Que je meure maintenant, puisque j’ai vu ton visage et que tu vis encore !

C’était une rencontre entre deux hommes : Un père et son fils. Ces deux hommes maîtrisaient la notion de tournant parce que chacun a eu une expérience particulière qui l’a conduit à sa destinée.

Genèse 32 : 24 et suivants : Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore.

La relation intime avec l’Eternel doit être de mise, aussi longtemps que nous parlons du tournant parce qu’il y a des choses que Dieu ne dira qu’à toi et à toi seul. Dans le cas de Jacob, il faut dire quand il est demeuré seul, qu’un homme est venu lutter avec lui.

Verset 29 : 29  Jacob l’interrogea, en disant: Fais-moi je te prie, connaître ton nom. Il répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom ? Et il le bénit là.

Il fallait que Jacob arrive à ce lieu là ; il y a des lieux spécifiques où on négocie des tournants particuliers. Et c’est à cet endroit justement que le nom de Jacob a été changé par l’ange de l’Eternel pour devenir Israël donc c’était un tournant important dans la vie de Jacob. Autre lieu, autre tournant, Penuel où quelque chose s’est produite, Israël retrouve son fils Joseph qu’il croyait mort (Genèse 37 : 33) : Des retrouvailles émouvantes. Mais auparavant il envoie Juda comme émissaire auprès de Joseph.

Genèse 46 : 28 : Jacob envoya Juda devant lui vers Joseph, pour l’informer qu’il se rendait en Gosen.

Jacob avait plusieurs enfants mais pourquoi c’est Juda qu’il a envoyé vers Joseph comme messager ? Jean-Baptiste a dit dans Jean 3 : 27  qu’un homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel et nous parlons du Dieu souverain ; comme initialement libellé, on ne peut pas parler de tournant en ignorant la notion de souveraineté divine. Souvenez-vous que Jacob avait reçu l’onction prophétique de son père Isaac, lequel l’avait reçue d’Abraham l’ami de Dieu. Jacob qui doit rencontrer Joseph, envoie Juda. Pourquoi Juda ?

Genèse 49 : 1-2 : Jacob rassembla tous ses fils pour leur annoncer ce qui leur arrivera dans la suite des temps ; aux versets 9-12, il insiste donc sur Juda : Juda est un jeune lion. Tu reviens du carnage, mon fils ! Il ploie les genoux, il se couche comme un lion, Comme une lionne : qui le fera lever ?

10  Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, Ni le bâton souverain d’entre ses pieds, Jusqu’à ce que vienne le Schilo, Et que les peuples lui obéissent.

11  Il attache à la vigne son âne, Et au meilleur cep le petit de son ânesse ; Il lave dans le vin son vêtement, Et dans le sang des raisins son manteau.

12  Il a les yeux rouges de vin, Et les dents blanches de lait.

Le sceptre renvoie au symbole de l’autorité souveraine, l’autorité royale, le bâton de commandement.

Juges 1 : 1-2 : Après la mort de Josué, les enfants d’Israël consultèrent l’Eternel, en disant : Qui de nous montera le premier contre les Cananéens, pour les attaquer ?

2  L’Eternel répondit : Juda montera, voici, j’ai livré le pays entre ses mains.

Le peuple d’Israël a un problème ici : Moïse et Josué sont morts, il faut attaquer les Cananéens, mais la question se posait avec acuité : Qui montera le premier ? Dieu  répond : Juda montera. Il y a des combats que nous perdons parce que nous ne mettons pas les vraies personnes à la bonne place. Cela est valable même en famille, tu aimes tel enfant et voudrais l’élever pourtant ce n’est pas qui doit être à cette place, selon le plan souverain de Dieu.

Il y a un Juda dans chaque famille, dans chaque corporation ; ça peut être de façon saisonnière mais il faut reconnaître la saison de chacun. Les gens se rivalisent parce qu’ils ne comprennent pas que je ne peux pas faire ce que l’autre peut faire et vice-versa. Donc nous avons besoin l’un de l’autre.

1 Samuel 16 : 6-7 : Lorsqu’ils entrèrent, il se dit, en voyant Eliab : Certainement, l’oint de l’Eternel est ici devant lui.

7  Et l’Eternel dit à Samuel : Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l’ai rejeté. L’Eternel ne considère pas ce que l’homme considère ; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur.

  Si tu laisses Dieu préparer et transformer ton cœur, tu verras Sa gloire ! Parce que c’est avec le cœur qu’on sert. Quand on parle d’amour, de fidélité, d’intégrité, de loyauté et même de détournements de deniers publics, tout part du cœur. L’onction sans le caractère, c’est la catastrophe ! Pourquoi ? Parce que l’onction va t’introduire à un certain niveau d’élévation mais le caractère ne pourra pas t’y maintenir parce que tu seras léger…Malheureusement !

Verset 11 : Puis Samuel dit à Isaï : Sont-ce là tous tes fils ? Et il répondit : Il reste encore le plus jeune, mais il fait paître les brebis. Alors Samuel dit à Isaï : Envoie-le chercher, car nous ne nous placerons pas avant qu’il ne soit venu ici.

Verset 12 : Isaï l’envoya chercher. Or il était blond, avec de beaux yeux et une belle figure. L’Eternel dit à Samuel : Lève-toi, oins-le, car c’est lui !

David était en brousse ; Joseph était en prison, des lieux de formation, des lieux secrets, des lieux de préparation et même de transformation…Chacun a connu des expériences particulières et atypiques qui les a conduits à accomplir la volonté parfaite et souveraine de Dieu.