Pas de tournant sans risque vol. 14 (Réconciliation nationale 2)

C-26-05-2019

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : 1 Samuel 17 : 16 ; 26-27 ;  Ezéchiel 22 : 30 ; 2 Samuel 6 : 1-12, 1 Chroniques 15 : 11-13 ; 2 Chroniques 7 : 13-14

            Dieu nous a dit que 2019 est une année du tournant. Le tournant peut se faire au niveau personnel, en duo, dans le cadre d’une famille, d’une communauté, d’une nation et même d’un continent. Nous avons défini le tournant comme étant un moment décisif, crucial d’un processus qui débouche sur une évolution notable, remarquable et nouvelle. Quand on parle du tournant, on voit un changement positif et favorable. Dans le même ordre d’idée nous avons vu également qu’il n’y a pas de tournant sans risque. En d’autres termes quelqu’un qui a peur du risque, ne pourra pas négocier son tournant : Il y a un risque à prendre et pour nous qui sommes chrétiens, parce que nous marchons dans la foi, le risque que nous prenons, c’est avec Jésus, et Jésus n’a jamais déçu. S’agissant du risque, nous l’avons défini dans le contexte de ce message comme étant un danger auquel on s’exposait pour l’accomplissement d’un but, d’une grande cause. Et parce que nous sommes chrétiens, cette cause est une cause divine.

            1 Samuel 17 : 16 : Le Philistin s’avançait matin et soir, et il se présenta pendant quarante jours.

            Ce philistin s’appelait Goliath, c’était le champion des philistins, il défiait le peuple d’Israël chaque jour, matin et soir pendant quarante jours…Personne n’a pu affronter Goliath. Il y a des familles comme ça : Pendant des décennies personne n’a pu affronter Goliath, parce que Goliath est l’homme fort, il a dit qu’il n’y aura pas de mariage, d’emploi, de bonheur, d’enfantement, il l’a fait avec la première, deuxième, troisième génération mais la volonté de Dieu est que cette famille soit libérée et il faut donc quelqu’un qui va prendre le risque de se lever.

            C’était pendant quarante jours. Quarante est le symbole d’un cycle. C’était un cycle de peur, un cycle d’intimidation, un cycle de frustration en Israël, mais il fallait quelqu’un pour mettre fin à ce cycle. La volonté de Dieu était que Son peuple soit libre ; la volonté de Dieu pour toi est que tu sois heureux mais il y a un Goliath, il y a un homme fort qui t’impose ce qui n’est pas conforme au plan de Dieu mais tout dépend de toi ! Et c’est pourquoi Dieu a dit en cette année 2019, que c’est une année de tournant ; cela veut dire que la grâce est disponible. Qui va se lever ? Pendant quarante jours, personne n’a pu se lever même pas le roi Saül n’a osé lever son petit doigt, c’était terrible ! Ce sont les grands défis qui introduisent les grands champions. Il n’y a pas de grands champions sans grands défis. Tu veux entrer dans l’histoire ? Il y a des défis que tu vas affronter.

            Par ailleurs nous avons vu (la dernière fois) comment le roi Saül a échoué parce que le peuple se retirait de lui, il avait oublié le Dieu qui avait pensé à lui alors qu’il était petit à ses propres yeux. Aie confiance en l’Eternel. L’Eternel travaille avec un petit nombre comme Il peut travailler avec un grand nombre. Illustration dans Ezéchiel 22 : 30 : Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas ; mais je n’en trouve point. Cela veut dire que, même si l’Eternel est en colère, s’Il trouve un homme ou une femme qui se tienne, Il ne frappera pas.

            Vous devez connaître le royaume auquel vous appartenez, connaître ses principes, son mode opératoire et ne pas laisser les aventuriers vous tenir par le nez. Donc pendant quarante jours Israël était défié, Dieu était défié mais Il ne pouvait descendre pour agir, Il voulait quelqu’un qui se tienne en Son nom.

            1 Samuel 17 : 26-27 : David dit aux hommes qui se trouvaient près de lui : Que fera-t-on à celui qui tuera ce Philistin, et qui ôtera l’opprobre de dessus Israël ? Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l’armée du Dieu vivant ?

27  Le peuple, répétant les mêmes choses, lui dit : C’est ainsi que l’on fera à celui qui le tuera.

            David ne pensait pas comme les autres. L’Apôtre Paul dans 1 Corinthiens 13 : 11, déclare : Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai fait disparaître ce qui était de l’enfant. Ceci n’a pas toujours un rapport avec l’âge. David était un jeune homme de dix-sept ans mais il était déjà un homme considérant ses expériences qu’il avait eues avec Dieu. Personne ne pouvait se lever : Aucun général de l’armée même pas Eliab son frère aîné capitaine dans l’armée d’Israël mais David a compris que c’était son année du tournant, il a compris que son temps favorable était venu. Quand tu négocies ton tournant, tu cesses d’être quelqu’un d’ordinaire. Parce que David était convaincu de son opportunité d’élévation, il a demandé : Que fera-t-on à celui qui tuera ce Philistin, et qui ôtera l’opprobre de dessus Israël ? Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l’armée du Dieu vivant ? La nation d’Israël était dans l’opprobre, dans la honte profonde.

            Dans 2 Samuel 6 : 1-9, David a eu une très bonne idée, de ramener l’arche de Dieu dans sa cité, l’arche de Dieu symbolisait la présence de Dieu, donc c’était un bon risque mais il a commis une erreur au niveau de l’implémentation de son idée : Uzza étendit la main vers l’arche de Dieu et la saisit, parce que les bœufs la faisaient pencher. La colère de l’Eternel s’enflamma contre Uzza, et Dieu le frappa sur place à cause de sa faute. Uzza mourut là, près de l’arche de Dieu.

            Mesdames Messieurs pour les affaires de Dieu, chacun a un rôle à jouer, ce n’est pas un homme qui décide de ce que tu dois faire ; nous sommes en train de prier par rapport à la réconciliation nationale parce que notre nation le Cameroun a des problèmes mais chacun a son rôle à jouer ; exactement comme dans un mariage où Dieu a réparti les rôles, les devoirs et les droits. Et David, étant le roi choisi par Dieu, n’a pas respecté les règles attachées à cet évènement. Il va apprendre quelque chose aux versets 10 à 12 : Il ne voulut pas retirer l’arche de l’Eternel chez lui dans la cité de David, et il la fit conduire dans la maison d’Obed-Edom de Gath.

11  L’arche de l’Eternel resta trois mois dans la maison d’Obed-Edom de Gath, et l’Eternel bénit Obed-Edom et toute sa maison.

12  On vint dire au roi David: L’Eternel a béni la maison d’Obed-Edom et tout ce qui est à lui, à cause de l’arche de Dieu.

            La même arche qui a causé la mort d’Uzza, c’est la même arche qui a béni la maison d’Obed-Edom. Pourquoi ? Il y avait l’ordre divin dans la maison d’Obed-Edom. Dieu vous donne une occasion de vous marier par exemple, mais c’est l’ordre divin dans votre maison qui va faire couler les bénédictions. Dieu a béni le Cameroun mais avec ce qui se passe aujourd’hui, on se demande où sont passées ces bénédictions ? C’est à cause du désordre. Ce que nous devons faire en tant que Camerounais, c’est de nous poser la question : Qu’avons-nous fait ? Ou alors qu’est-ce que nous n’avons pas fait pour que l’ordre divin demeure dans notre nation ? Le moment n’est pas approprié pour accuser tel ou tel ; c’est le moment de la réflexion, qu’est-ce qui n’a pas été fait ? Qu’est-ce qui a été fait avant et qui n’a pas été fait entre-temps et qu’est-ce qu’on peut faire pour le rétablissement ? David  a pris un mauvais risque. Le risque qui était bon au départ est devenu mauvais parce qu’il n’a pas respecté les règles. Se marier est une bonne chose mais il faut respecter les règles relatives au mariage. Dans la suite de l’histoire, David, ayant appris que la maison d’Obed-Edom était bénie, a voulu prendre l’arche ; il croyait (avec la mort d’Uzza) que l’arche était une malédiction. Une femme peut être un démon pour toi mais être un ange pour quelqu’un d’autre, tout comme un homme peut être un démon pour toi mais un ange pour quelqu’un d’autre ; tout dépend de la manière dont tu mets l’ordre dans ta vie.  Si tu mets l’ordre dans ta vie, ce que Dieu y a planté, va se manifester et tu vas voir la beauté et la prospérité de Dieu. Donc Si nous mettons l’ordre dans notre pays, il est évident que nous allons voir la beauté et la prospérité dans notre nation. Et David fera une déclaration dans 1 Chroniques 15 : 11-13 : David appela les sacrificateurs Tsadok et Abiathar, et les Lévites Uriel, Asaja, Joël, Schemaeja, Eliel et Amminadab.

12  Il leur dit : Vous êtes les chefs de famille des Lévites ; sanctifiez-vous, vous et vos frères, et faites monter à la place que je lui ai préparée l’arche de l’Eternel, du Dieu d’Israël.

13  Parce que vous n’y étiez pas la première fois, l’Eternel, notre Dieu, nous a frappés ; car nous ne l’avons pas cherché selon la loi.

            David croyait que parce qu’il était roi il pouvait faire tout ce qu’il voulait. Les choses de Dieu, on ne les réussit pas avec la force physique. On réussit avec Dieu en respectant les règles divines : Parce que vous n’y étiez pas la première fois, l’Eternel, notre Dieu, nous a frappés.

            Pour une réconciliation nationale vraie, une réconciliation nationale pas saisonnière mais solide et permanente, n’excluons personne. N’excluons pas tous ceux qui aiment le Cameroun. Intégrons tous ceux qui aiment le Cameroun même s’ils s’expriment autrement ; mais dans leurs cœurs, ils aiment le Cameroun.