Les Hommes du tournant Vol. 20 (Ils affrontent l’ingratitude)

C-1er-12-2019

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Nombres 14 : 1-4 ; Nombres 11 : 4-6 ; 1 Corinthiens 13 : 11 ; 1 Chroniques 12 : 32

            Nous parlons des Hommes du tournant depuis plusieurs mois et nous les avons définis comme étant des personnes appelées, formées, équipées, établies et envoyées par Dieu. Outre le rejet, l’isolement et l’oppression, ces personnes au parcours exceptionnel jonché d’étapes précises, affrontent aussi l’ingratitude. En réalité Dieu les utilise pour faire du bien aux gens malheureusement ces derniers s’insurgent et se dressent finalement contre eux : Cas de Moïse.

            Nombres 14 : 1-4 : Toute l’assemblée éleva la voix et poussa des cris, et le peuple pleura pendant la nuit.

2  Tous les enfants d’Israël murmurèrent contre Moïse et Aaron, et toute l’assemblée leur dit : Que ne sommes-nous morts dans le pays d’Egypte, ou que ne sommes-nous morts dans ce désert !

3  Pourquoi l’Eternel nous fait-il aller dans ce pays, où nous tomberons par l’épée, où nos femmes et nos petits enfants deviendront une proie ? Ne vaut-il pas mieux pour nous retourner en Egypte ?

4  Et ils se dirent l’un à l’autre : Nommons un chef, et retournons en Egypte.

            Dieu choisit Moïse…Maintenant ceux-ci disent qu’ils vont nommer leur chef pour retourner en Egypte ! Or c’était par une main puissante, une démonstration inédite de la puissance de Dieu que ce peuple sortit d’Egypte (le jugement des premiers-nés, les dix plaies…) ; et arrivés à ce niveau, ils murmurent. Rappelons qu’Israël à cette époque avait les mêmes germes d’esclavage enraciné, encré en eux, au même titre que les africains qui sont asservis au système d’esclavage sous toutes ses formes. Les esclaves ne consomment pas ce qu’ils produisent, ce ne sont pas eux qui fixent les prix de leurs matières premières, ils ne réfléchissent pas par rapport à leur avenir, tout ce qui importe pour eux c’est le présent avec un penchant exagéré pour la nourriture.  

            Nombres 11 : 4-6 : Le ramassis de gens qui se trouvaient au milieu d’Israël fut saisi de convoitise ; et même les enfants d’Israël recommencèrent à pleurer et dirent : Qui nous donnera de la viande à manger ?

5  Nous nous souvenons des poissons que nous mangions en Egypte, et qui ne nous coûtaient rien, des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et des aulx.

6  Maintenant, notre âme est desséchée : plus rien ! Nos yeux ne voient que de la manne.

            Ce ramassis de gens était des gens de rien, de peu d’importance qui était au milieu d’Israël. Lorsqu’ils ont vu les miracles, ils ont suivi Israël. Même à l’Eglise de nos jours, il y a des gens qui ne suivent que des miracles. Curieusement à un moment donné ce ramassis de gens fut saisi de convoitise et Israël aussi ; c’est ainsi qu’ils ont recommencé à pleurer : Qui nous donnera de la viande à manger ? Est-ce que la nourriture d’un esclave en vaut la peine ? Il y a des gens, notamment les Africains qui aiment les choses gratuites (free of charge) mais une réalité est indéniable et contenue dans Proverbes 22:7 qui dit : Le riche domine sur les pauvres, Et celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête. Les Africains doivent changer de mentalité, changer leur façon de raisonner. L’Apôtre Paul dit dans 1 Corinthiens 13 : 11  Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai fait disparaître ce qui était de l’enfant.

            Ce qui signifie qu’il y a une décision que chacun doit prendre lorsqu’il devient un homme. Par exemple renoncer à un type d’avantages qu’on avait, parce qu’ils relevaient de l’esclavage. Sinon comment peux-tu manger la nourriture d’un esclave et désirer la liberté ? Ou alors jouir des avantages de l’esclavage et désirer la liberté ?

            Les hommes et les femmes du tournant savent dire NON à un moment donné parce qu’ils reconnaissent leurs opportunités et le temps favorable (Cas de la famille d’Issacar : 1 Chroniques 12 : 32 ). L’Afrique est à un tournant, parce que la volonté de Dieu n’est pas qu’elle demeure sous-développée (nos terres sont fertiles et notre sous-sol est riche).

            En définitive, malgré l’ingratitude qu’ils affrontent dans leur parcours, les hommes et les femmes du tournant ne pensent pas à leur ventre, mais plutôt ils vivent pour accomplir la vision que Dieu leur a donnée.