L’engagement vol. 4 (Accepter de se soumettre)

C-8-03-2020

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Matthieu 5 : 37 ; Luc 14 : 28-30 ; Luc 6 : 47-49 ; Esther 2 : 5-7

            L’engagement est le fait de se lier à une autre partie par une promesse (promesse d’aimer, de servir…). Et cette promesse a pour but d’aller jusqu’au bout en donnant le meilleur de soi.  Ce sont les personnes engagées qui obtiennent la percée et ces personnes doivent accepter de se soumettre pour atteindre ce but.

            Matthieu 5 : 37 : Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu’on y ajoute vient du malin.

            Chaque fois qu’on s’engage, chaque fois qu’on fait une promesse, il y a un prix à payer. C’est pourquoi il faut réfléchir profondément avant de s’engager. Ne regarde pas seulement le côté apparent, il y a un autre côté que tu ne connais pas. Mais si tu es engagé (au nom de l’Eternel), au moment d’affronter les réalités attachées à ce côté que tu ignores, le Seigneur t’aidera, Il tiendra ta main et tu auras la percée.

            Luc 14 : 28-30 : Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer,

29  de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler,

30  en disant : Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever ?

            Bâtir une maison est un projet. Plus sérieux encore… Bâtir une tour, où il faut un type de matériaux spécifique. Le Seigneur dit : Assois-toi et calcule la dépense, pour avoir toutes ces données avant de s’engager.

            Luc 6 : 47-49 : Je vous montrerai à qui est semblable tout homme qui vient à moi, entend mes paroles, et les met en pratique.

48  Il est semblable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, creusé profondément, et a posé le fondement sur le roc. Une inondation est venue, et le torrent s’est jeté contre cette maison, sans pouvoir l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie.

49  Mais celui qui entend, et ne met pas en pratique, est semblable à un homme qui a bâti une maison sur la terre, sans fondement. Le torrent s’est jeté contre elle : aussitôt elle est tombée, et la ruine de cette maison a été grande.

            La parabole nous présente deux bâtisseurs : malheureusement avec deux types d’engagements ! Deux types de fondements ! Dieu nous interpelle sur notre façon de nous engager, on ne doit pas le faire légèrement, superficiellement. La preuve : La deuxième maison n’avait pas un bon fondement, le torrent s’est jeté contre elle : aussitôt elle est tombée. Il y a des inondations et des torrents de la vie et c’est votre fondement, votre engagement qui fera la différence.

            Esther 2 : 5-7 : Il y avait dans Suse, la capitale, un Juif nommé Mardochée, fils de Jaïr, fils de Schimeï, fils de Kis, homme de Benjamin,

6  qui avait été emmené de Jérusalem parmi les captifs déportés avec Jeconia, roi de Juda, par Nebucadnetsar, roi de Babylone.

7  Il élevait Hadassa, qui est Esther, fille de son oncle ; car elle n’avait ni père ni mère. La jeune fille était belle de taille et belle de figure. A la mort de son père et de sa mère, Mardochée l’avait adoptée pour fille.

            En adoptant la jeune Esther, Mardochée s’est engagé (via cette adoption), à exercer l’autorité parentale sur Esther, en l’éduquant convenablement, question de lui frayer le chemin de la réussite dans la vie. On ne peut donc pas éduquer quelqu’un qui refuse de se soumettre. Donc Esther elle-même s’est engagée à se soumettre à Mardochée, son grand cousin. Elle a reçu une éducation digne en permettant à Mardochée de la protéger. On ne peut pas protéger quelqu’un qui refuse la couverture (cas du poussin qui refuse l’abri de la mère-poule face à la menace de l’épervier). Ceci s’applique dans la vie de tous les jours y compris avec Jésus. Donc suivre Jésus, c’est accepter de s’engager à se soumettre à Lui. Esther s’est soumise à Mardochée, elle n’a pas contesté son autorité. C’est la raison pour laquelle les personnes engagées doivent avoir le discernement, pour identifier le niveau de risques, parce que dans chaque engagement il y a des risques à prendre. D’où la nécessité d’anticiper.