Le Saint-Esprit, un Esprit d’attirance Vol. 2

C-20-01- 2019

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Jean 4 : 4  et suivants ; Luc 19 : 1 – 3

            Nous avons vu précédemment qu’attirer est l’action de rapprocher quelqu’un par une force surnaturelle. Et il y a deux sources : La source divine et la source diabolique. Mais pour nous les chrétiens quand on parle d’attirance, il s’agit du Saint-Esprit ; c’est le Saint-Esprit qui attire et Il attire pour l’accomplissement des desseins de Dieu.

            Jean 4 : 4 et suivants : Comme il fallait qu’il passât par la Samarie,

5  il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils.

6  Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure.

7  Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit : Donne-moi à boire.

8  Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres.

                Jésus ne se levait pas au hasard, d’ailleurs Il passait toujours Ses nuits à prier Dieu. Raison pour laquelle le Saint-Esprit Lui donnait toujours la direction à suivre. C’est dans cette optique qu’Il arriva dans une ville de Samarie nommée Sychar près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils. Il y avait plusieurs villes en Samarie mais le Saint-Esprit a conduit le Seigneur uniquement à aller à Sychar. Nous venons de voir que le Saint-Esprit attire mais le Saint-Esprit tient compte de certains facteurs. S’il pleuvait par exemple ce jour-là, la rencontre du Seigneur avec la femme samaritaine allait en pâtir. Et c’est pourquoi la Bible dit dans Ecclésiaste 3 : 1 : Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux.

            Jésus est arrivé à Sychar et le Saint-Esprit l’a conduit à un lieu précis : Le puits de Jacob (Verset 6 : Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure). Jésus n’est pas allé à un carrefour encore moins sous un arbre parce que la sixième heure c’est 12 h et il faisait vraiment chaud Jésus pouvait aller sous cet arbre pour rechercher du vent mais NON ! Il est allé au bord  du puits. Et le Saint-Esprit en Jésus, c’est l’Esprit qui attire. Qu’est-ce qui va se passer ? Qui sera attiré ?

            Verset 7 : Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit : Donne-moi à boire. Jésus y est arrivé et le Saint-Esprit a attiré cette femme samaritaine. Dans nos villages il y a des moments où les femmes vont puiser l’eau, se laver et il y a aussi les moments où ce sont plutôt les hommes qui vont se laver donc à cette heure précise de la journée, la femme samaritaine était la seule à sortir ;  ce n’était ni le moment ni l’heure appropriés pour les femmes d’aller puiser de l’eau mais comme quelque chose de spéciale devait se produire, le Saint-Esprit a attiré cette femme à ce moment capital pour sa vie.

            Verset 8 : Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres.

            Le Saint-Esprit en Jésus a attiré la femme, le Seigneur a pris conséquemment des dispositions particulières parce qu’Il savait que Pierre pouvait lui poser la question de savoir : Depuis quand tu parles déjà avec les femmes Seigneur ? Il les a envoyés tous en ville acheter des vivres.

            Verset 9 : La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ?  Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. 

            Le Saint-Esprit qui est un Esprit de stratégie, a poussé le Seigneur Jésus à commencer, en introduisant de cette manière : Donne-moi à boire. La suite est logique : La femme samaritaine engage la conversation : Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ?  Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. Si le Saint-Esprit n’était pas au contrôle, elle n’aurait même pas répondu à Jésus (la rudesse du climat aidant, surtout qu’il faisait chaud, elle pouvait puiser son eau et partir). Mais parce que c’est le Saint-Esprit qui était le Maître de cette rencontre, la réussite était assurée et c’est pourquoi le Seigneur continue :

            Verset 10 : Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! Tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive.

            Le tout n’est pas l’attirance, tu peux attirer les gens et rien ne se passe ; Jésus connaissait le don de Dieu qu’Il avait reçu. Raison pour laquelle Il était conscient que le Saint-Esprit était là. Jésus dit : Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! En d’autres termes, disait Jésus à cette femme : J’ai quelque chose dont tu as besoin.

            Dans le même ordre d’idée tu ne peux pas être conscient que tu es avec le Saint-Esprit et que tu sois en train de passer par exemple, on t’appelle vulgairement pour t’offrir le « soya », ou alors un inconnu gare sa voiture et te propose d’y entrer; tu y entres abandonnant le Saint-Esprit aux oubliettes ! Le « Njoh » NON ! ; donc le tout n’est pas d’attirer, tu peux attirer mais tu ne négocies pas le tournant. Quand tu es conscient de ce que le Seigneur t’a donné, tu protèges ce don, ce potentiel ou cette bénédiction. Tu peux avoir faim, on t’offre à manger, tu refuses, par exemple…

            Revenant à la femme samaritaine, elle a attiré six hommes mais ici, c’est le Saint-Esprit en Jésus qui l’a attirée pour négocier un tournant particulier Seul à seule.

            Verset 11 : Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ; d’où aurais-tu donc cette eau vive ?

            Voilà une femme  qui a commencé par dire au Seigneur  Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains et qui finit par l’appeler Seigneur. En réalité, cette femme place le Seigneur à un niveau d’autorité. Quiconque marche avec le Saint-Esprit sera respecté et élevé.

            Verset 12 : Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux ?

            Sa référence était leur ancêtre, leur père Jacob ; cette femme n’a pas comparé Jésus à ses six escrocs de maris mais l’a comparé à leur ancêtre, leur référence. Jésus continue : Quiconque boit de cette eau aura encore soif ;

14  mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

            Les connexions stratégiques, que ce soit dans les affaires, en famille, à l’Eglise, en cette année du tournant, viendront renverser les limites imposées par les hommes, elles vont opérer au-delà de ces limites. L’eau de Jacob était une eau limitée mais Moi, disait le Seigneur, Je suis Illimité. Quand tu vas au nom du Seigneur en tant que connexion stratégique vers quelqu’un vers qui Dieu t’envoie, tu vas renverser les limites qui étaient là, et le propulser vers le haut. Ce qu’une connexion divine apporte dans ta vie, n’est pas temporel : celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. Ce n’est pas une provision temporelle. Est-ce que vous savez que Dieu veut que nous soyons une source de bénédiction ? Il l’avait déjà dit à Abraham ! Genèse 12 : 1 et suivants : Quitte ton pays et ta famille, et va dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai ; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. Et Jésus est venu nous connecter aux promesses d’Abraham et avec Jésus nous sommes dans la nouvelle alliance et le Sang de Jésus parle en faveur de l’illimitation. Nous sommes donc illimités. Quand le sang de Jésus passe, tu es libéré et tu n’opères plus selon les limites de l’homme. Tu deviens illimité parce que tu es connecté à la source divine qui est illimitée.

            Verset 15 : La femme lui dit : Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici. La femme toujours en quête du nouveau.

            Verset 16 : Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. Jésus opère à un niveau où Il puisse décider et donner des ordres à la femme. C’est pourquoi nous allons de gloire en gloire ; il y a niveau et niveau.

            Versets 17 et 18 : La femme répondit : Je n’ai point de mari. Jésus lui dit : Tu as eu raison de dire : Je n’ai point de mari.

18  Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai.

            Le don de Jésus se manifeste déjà, le Saint-Esprit est passé à un autre niveau : La dimension prophétique.

            Versets 19-20 : Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.

20  Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. La femme pose son problème.

            Verset 21 : Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Jésus passe à un autre niveau et le ton a changé, en quelque sorte ce que le Seigneur va lui dire est très important : Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

23  Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

            En réalité, Vous adorez sans connaissance, vous adorez ce que vous ne connaissez pas, lui dit le Seigneur en d’autres termes. Les vrais adorateurs adorent sur la base de la révélation, sur la base de la vérité. Et l’Esprit qui est en Moi, Jésus, est un Esprit de vérité ; je te déroule la vérité, femme, en matière d’adoration pour que ta vie change. Beaucoup viennent aussi à l’Eglise ainsi, sans comprendre que c’est une affaire de relation personnelle avec le Seigneur ou avec le Saint-Esprit. Mais l’heure vient et elle est déjà venue : Le tournant ! Comme le Saint-Esprit a utilisé le Seigneur pour t’attirer, disait le Seigneur, ce tournant se fait avec l’adoration, pas une adoration religieuse mais une adoration conduite par le Saint-Esprit afin de bien négocier ce tournant qui te fera oublier toutes tes déceptions de la vie passée. Le Saint-Esprit, un Esprit qui attire, Il n’attire pas pour rien ni pour les choses inutiles mais pour l’accomplissement des desseins de Dieu : Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens:

29  Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; ne serait-ce point le Christ ?

30  Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui.

39 Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m’a dit tout ce que j’ai fait.

            Le même Saint-Esprit en Jésus avait  attiré Zachée, homme riche et chef des publicains pour transformer positivement sa vie (Luc 19 : 1-3).