L’année de percée (Les réactions diaboliques)

RM-14-01-2020

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Proverbes 8 : 12 ; Matthieu 16 : 18 ; Matthieu 15 : 3 ; Marc 3 : 31-35; Marc 8 : 34

            Les réactions diaboliques sont des actes que quelqu’un pose en réponse à un évènement, en réponse à une action. Donc une réaction est une réponse. En d’autres termes  la réaction est un comportement qu’on a, par rapport à un évènement, par rapport à une action. Et parlant des réactions diaboliques, ce sont des courants de pensées hostiles aux innovations (plutôt favorables aux rétablissements des instructions du passé, favorables aux traditions). Dans la classification des réactions, il y a celles qui sont violentes et des réactions silencieuses (les plus dangereuses). Parlons des réactions hostiles à l’innovation.

            Proverbes 8 :12 : Moi, la sagesse, j’ai pour demeure le discernement, Et je possède la science de la réflexion.

            Quand on parle de discernement on parle de la capacité, de l’aptitude à distinguer, à faire la différence entre ce qui est bien de ce qui est mal, entre ce qui vient de Dieu et  ce qui vient du diable. Avec cette aptitude, on peut facilement identifier celui qui est dans la résistance et celui qui ne l’est pas. La preuve, quelqu’un peut applaudir et être dans la résistance. Ce courant de pensée peut se répandre dans le but de former une opposition parce qu’hostile au mouvement de l’Esprit de Dieu qui est un Esprit dynamique (évolutif).

Dans le même ordre d’idée, le discernement est étroitement lié au temps. Dieu peut te montrer quelque chose, mais la sagesse divine voudrait que ta réaction attende le temps favorable qui est le temps de Dieu ; Ecclésiaste 3 : 1 : Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux.

Dans Matthieu 16 : 18, quand le Seigneur disait …Je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle, les portes du séjour des morts ne se manifestent pas toujours brutalement. Ce courant de pensée hostile aux innovations et hostiles au mouvement du Saint-Esprit, est en réalité, une manifestation du séjour des morts dans l’Eglise. Tout courant favorable aux traditions va s’opposer de façon évidente à l’Esprit de Dieu. C’est pourquoi Jésus disait dans Matthieu 15 : 3 : Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ?

Il y a les gens à l’Eglise, qui respectent et honorent scrupuleusement leurs engagements envers le Seigneur (service, paiement de la dîme, offrandes…) malheureusement mettent leurs traditions au dessus de la parole de Dieu. Tu ne peux le savoir qu’à l’occasion des circonstances et évènements précis. Et il y aura alors un élan de solidarité entre tous ceux qui ont placé leurs traditions au dessus de la parole de Dieu. Le sublime niveau de délivrance, c’est quand on est libéré de ses traditions ancestrales, des coutumes et ce n’est qu’en ce moment qu’on peut se soumettre aux règles du Royaume de Dieu. Le Seigneur s’adressait aux religieux. Il y a aussi la religion pentecôtiste.

Tu ne peux pas expérimenter la percée si tu ne brises pas ces résistances diaboliques et traditionnelles à l’intérieur, là où Dieu t’a établi. Ces gens utiliseront ces traditions pour te combattre et tu seras étonné de ce qu’ils sont en accord. C’est parce que le dénominateur commun est l’importance de leurs traditions qu’ils placent au dessus de la parole de Dieu. Beaucoup se disent « disciples de Jésus », curieusement demeurent attachés à leurs traditions ancestrales.

Marc 3 : 31-35 : Survinrent sa mère et ses frères, qui, se tenant dehors, l’envoyèrent appeler.

32  La foule était assise autour de lui, et on lui dit : Voici, ta mère et tes frères sont dehors et te demandent.

33  Et il répondit : Qui est ma mère, et qui sont mes frères ?

34  Puis, jetant les regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui : Voici, dit-il, ma mère et mes frères.

35  Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, et ma mère.

C’est Jésus Lui-même qui parle. Alors ceux attachés à leurs traditions, réagissent violemment ici : Il fait ça à Sa mère ? Il parle ainsi à Sa mère ?

Quiconque ne fait pas la volonté de Dieu, peut être notre frère et notre sœur dans la chair et non notre frère et sœur en Christ. Cela veut dire qu’il peut être prêt à nous ramener au village. Tu dois savoir à quel camp tu appartiens de façon claire : Christ ou les traditions. La vie est une affaire de décision et il y a un prix à payer conséquemment du choix que l’on fait.

Matthieu 19 : 29-30 ;  Et quiconque aura quitté, à cause de mon nom, ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, ou ses maisons, recevra le centuple, et héritera la vie éternelle.

30  Plusieurs des premiers seront les derniers, et plusieurs des derniers seront les premiers.

Etre premier ne se décrète pas. La croissance d’un enfant de Dieu est liée à son niveau de communion et d’attachement avec le Seigneur. Et tout leader doit avoir pour souci, voir les gens grandir, cas de l’Apôtre Paul à Lystre dans Actes 14 : 8 et suivants, où après avoir été lapidé, les disciples ont entouré l’Apôtre Paul (priant pour lui) et c’est ainsi qu’il se leva, et entra dans la ville. S’il ne les avait pas encadrés dans ce sens, qui aurait prié pour lui ?

            Marc 8 : 34 : Puis, ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.

C’est donc Jésus qui doit être devant, c’est Lui que nous devons regarder et non nos traditions.