L’année de percée (Les batailles d’ordre sentimental)

C-26-01-2020

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Juges 11 : 29-39 ; Genèse 22 : 1 et suivants ; Marc 14 : 32-33

            Nous parlons de percée depuis le début de cette année 2020. La percée passe par le combat. En d’autres termes il n’y a pas de percée sans combat. Et parmi les combats il y a ceux d’ordre sentimental qui sont particulièrement difficiles et douloureux. Parce qu’on croit souvent que les combats ne sont qu’externes alors que ceux  qui impliquent le cœur (niveau sentimental) peuvent faire très mal et causer d’énormes dégâts. D’où l’importance d’affronter ce type de combat avec l’aide du Saint-Esprit.

            Juges 11 nous parle de l’histoire de Jephthé, le Galaadite, un vaillant héros. Il était fils d’une femme prostituée ; ses frères consanguins le chassèrent et lui dirent : Tu n’hériteras pas dans la maison de notre père, car tu es fils d’une autre femme. Jephthé s’enfuit loin de ses frères. Arrivé au pays de Tob, les gens de rien se rassemblèrent auprès de lui, faisant de lui, leur leader. Quelque temps après, les fils d’Ammon firent la guerre à Israël. Les anciens de Galaad allèrent chercher Jephthé au pays de Tob, afin qu’il les délivre.

            Ses frères l’ont chassé mais ce sont les anciens de Galaad qui sont allés le chercher. Ces derniers savaient que Jephté avaient les qualités et les aptitudes requises pour les délivrer de leurs ennemis. Les gens qui te haïssent, savent ce que tu as ; donc ne considère pas leur dénigrement.

            Versets 29-35 : L’esprit de l’Eternel fut sur Jephthé. Il traversa Galaad et Manassé ; il passa à Mitspé de Galaad ; et de Mitspé de Galaad, il marcha contre les fils d’Ammon.

30  Jephthé fit un vœu à l’Eternel, et dit : Si tu livres entre mes mains les fils d’Ammon,

31  quiconque sortira des portes de ma maison au-devant de moi, à mon heureux retour de chez les fils d’Ammon, sera consacré à l’Eternel, et je l’offrirai en holocauste.

Jephthé marcha contre les fils d’Ammon, et l’Eternel les livra entre ses mains.

33  Il leur fit éprouver une très grande défaite, depuis Aroër jusque vers Minnith, espace qui renfermait vingt villes, et jusqu’à Abel-Keramim. Et les fils d’Ammon furent humiliés devant les enfants d’Israël.

34  Jephthé retourna dans sa maison à Mitspa. Et voici, sa fille sortit au-devant de lui avec des tambourins et des danses. C’était son unique enfant ; il n’avait point de fils et point d’autre fille.

35  Dès qu’il la vit, il déchira ses vêtements, et dit : Ah ! Ma fille ! Tu me jettes dans l’abattement, tu es au nombre de ceux qui me troublent ! J’ai fait un vœu à l’Eternel, et je ne puis le révoquer.

            Vœu à l’Eternel – Conditionnement de la grande victoire de Jephthé - et c’est son unique fille qui sort au devant de lui. Il doit donc l’offrir en holocauste, selon son vœu. Jephté déchira ses vêtements, il fit dans le trouble et l’abattement : Il ne pouvait révoquer ce vœu. Au moment où on rejetait et chassait Jephthé, il avait déjà un enfant : Sa fille.  Elle a vécu cette humiliation de son père. Voilà venue l’occasion de joie, après tous les services qu’il avait rendus à Israël au point de le reconnaître comme vaillant héros. Dieu Lui-même l’a reconnu comme tel. Sa fille sort pour manifester sa joie…Mais le vœu à l’Eternel…Jephthé est troublé : Que dira t-il à la mère de l’enfant ?

            Verset 36 : Elle lui dit : Mon père, si tu as fait un vœu à l’Eternel, traite-moi selon ce qui est sorti de ta bouche, maintenant que l’Eternel t’a vengé de tes ennemis, des fils d’Ammon.

            Cette fille tenait à la réussite ministérielle de son père même s’il fallait sacrifier sa propre vie. Elle aimait beaucoup son père. Ne marche pas avec quelqu’un qui ne peut pas faire de sacrifice pour toi, qui ne peut pas payer le prix pour toi. Quand on parle des combats pour la percée, ce sont des combats sacrificiels, qui coûtent tellement sur le plan sentimental. Et tu ne peux pas avoir la percée si tu n’as pas pleuré. Les larmes externes ne sont rien, comparées aux souffrances internes.

            Verset 37 : Et elle dit à son père : Que ceci me soit accordé : laisse-moi libre pendant deux mois ! Je m’en irai, je descendrai dans les montagnes, et je pleurerai ma virginité avec mes compagnes.

            Elle a compris en voyant son père pleurer, qu’il voulait l’offrir en sacrifice à Dieu. Elle a demandé une permission de deux mois à son père, consciente de ce que le Dieu de son père est également son Dieu et que la vie ne se limite pas seulement dans ce monde. Après quoi elle reviendra.

            Versets 38-39 : Il répondit : Va ! Et il la laissa libre pour deux mois. Elle s’en alla avec ses compagnes, et elle pleura sa virginité sur les montagnes.

39  Au bout des deux mois, elle revint vers son père, et il accomplit sur elle le vœu qu’il avait fait. Elle n’avait point connu d’homme. Dès lors s’établit en Israël la coutume. Que tous les ans les filles d’Israël s’en vont célébrer la fille de Jephthé, le Galaadite, quatre jours par année.

            Fabuleux. Imaginez le niveau de douleur ! La quantité de larmes ! L’impact de cet acte sur Jephthé ! Point de percée sans sacrifices. La fille de Jephté a marqué son passage terrestre, elle est entrée dans l’histoire du peuple d’Israël.

Cas similaires pour Abraham dans Genèse 22 : 1 et suivants et pour notre Seigneur Jésus dans Marc 14 : 32-33 qui S’est offert Lui-même pour toute l’humanité, après avoir éprouvé de la frayeur, des angoisses et une souffrance inestimable…Par amour !