La nécessité d’affronter son passé vol. 19 (le discernement 2)

RP-14-06-2019

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Genèse 3 : 13 ; 1 Rois 3 : 16-28 ; 1 Rois 3 : 9-10 ; Ecclésiaste 10 : 16-17 

                Nous définissons le passé comme ce qui a été, ce qui a été fait, ce qui est censé être derrière nous. « Censé » parce qu’on peut croire que le passé est derrière nous alors qu’il est avec nous. Et dans Proverbes 8 : 12, il est écrit : Moi, la sagesse, j’ai pour demeure le discernement, Et je possède la science de la réflexion. Le discernement est donc cette attitude qui nous permet de faire la différence entre ce qui est bien de ce qui ne l’est pas. Il est donc question ici de faire le tri.

            Genèse 3 : 13 : Et l’Eternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé.

            Cette histoire retrace la chute du premier couple au jardin d’Eden. Eve avoue son incapacité à n’avoir pas discerné la voix du diable au moment où ce dernier avait pris une fausse apparence dans le but de la séduire. La Bible déclare que le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait faits. La ruse fait allusion aux artifices, aux moyens utilisés pour tromper. C’est pourquoi le discernement est très important dans tous les domaines de la vie.

            1 Rois 3 : 16-18 : Alors deux femmes prostituées vinrent chez le roi, et se présentèrent devant lui.

17  L’une des femmes dit : Pardon ! Mon seigneur, moi et cette femme nous demeurions dans la même maison, et je suis accouchée près d’elle dans la maison.

18  Trois jours après, cette femme est aussi accouchée. Nous habitions ensemble, aucun étranger n’était avec nous dans la maison, il n’y avait que nous deux.

            Ces deux prostituées étaient ensemble, elles vivaient dans la même maison et se faisaient mutuellement confiance puisque la Bible déclare dans Amos 3 : 3 : Deux hommes marchent-ils ensemble, Sans en être convenus ?

            Versets 19 et suivants : Le fils de cette femme est mort pendant la nuit, parce qu’elle s’était couchée sur lui.

20  Elle s’est levée au milieu de la nuit, elle a pris mon fils à mes côtés tandis que ta servante dormait, et elle l’a couché dans son sein ; et son fils qui était mort, elle l’a couché dans mon sein.

21  Le matin, je me suis levée pour allaiter mon fils ; et voici, il était mort. Je l’ai regardé attentivement le matin ; et voici, ce n’était pas mon fils que j’avais enfanté.

            Cette femme a regardé attentivement parce qu’elle voulait discerner. Etre attentif participe à la manifestation du discernement. Ceci revient à dire que pour discerner la gestuelle des personnes hypocrites des sincères, tu dois les regarder attentivement au moment du dialogue.

            Verset 22 : L’autre femme dit : Au contraire ! C’est mon fils qui est vivant, et c’est ton fils qui est mort. Mais la première répliqua : Nullement ! C’est ton fils qui est mort, et c’est mon fils qui est vivant. C’est ainsi qu’elles parlèrent devant le roi.

23  Le roi dit : L’une dit : C’est mon fils qui est vivant, et c’est ton fils qui est mort ; et l’autre dit : Nullement ! C’est ton fils qui est mort, et c’est mon fils qui est vivant.

24  Puis il ajouta : Apportez-moi une épée. On apporta une épée devant le roi.

25  Et le roi dit : Coupez en deux l’enfant qui vit, et donnez-en la moitié à l’une et la moitié à l’autre.

26  Alors la femme dont le fils était vivant sentit ses entrailles s’émouvoir pour son fils, et elle dit au roi: Ah ! Mon seigneur, donnez-lui l’enfant qui vit, et ne le faites point mourir. Mais l’autre dit : Il ne sera ni à moi ni à toi ; coupez-le !

            Alors la femme dont le fils était vivant sentit ses entrailles s’émouvoir pour son fils, cette portion parle des émotions, face à une situation difficile, à une épreuve, le plus souvent c’est la charge émotionnelle qui va permettre de discerner notre degré de rapprochement, d’appartenance avec ladite situation ou ladite épreuve. Pendant que les deux femmes parlaient, le roi les regardait attentivement et c’est pourquoi il a pris cette décision : Donnez à la première l’enfant qui vit, et ne le faites point mourir. C’est elle qui est sa mère. Le discernement permet de prendre de bonnes décisions.

            Verset 28 : Tout Israël apprit le jugement que le roi avait prononcé. Et l’on craignit le roi, car on vit que la sagesse de Dieu était en lui pour le diriger dans ses jugements.

            Cette capacité à discerner confère la crédibilité, la considération à celui sur qui repose cette grâce. N’oubliez pas que le discernement est aussi bien le siège de la sagesse, qu’un don du Saint-Esprit. Ceci n’a aucun rapport avec les diplômes ni avec l’âge.

            1 Rois 3 : 9-10 : Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien du mal ! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux ?

10  Cette demande de Salomon plut au Seigneur.

            Le roi Salomon était conscient que le trône, la position qu’il occupait venaient de Dieu et reconnaissait par cette prière qu’humainement, il ne pouvait pas réussir. Quelque soit la place que Dieu te donne, tu as besoin de Dieu pour réussir : C’est la manifestation de l’humilité. Et Dieu a répondu : Puisque c’est là ce que tu demandes, puisque tu ne demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, et que tu demandes de l’intelligence pour exercer la justice,

12  voici, j’agirai selon ta parole. Je te donnerai un cœur sage et intelligent, de telle sorte qu’il n’y aura eu personne avant toi et qu’on ne verra jamais personne de semblable à toi.

13  Je te donnerai, en outre, ce que tu n’as pas demandé, des richesses et de la gloire, de telle sorte qu’il n’y aura pendant toute ta vie aucun roi qui soit ton pareil.

 Il est judicieux que chacun de nous demande le discernement à Dieu. Le discernement peut te mettre en contact avec des personnes auxquelles tu ne pensais pas  et tu ne peux pas réussir sans user de discernement.

            Versets 3 -5 : Salomon aimait l’Eternel, et suivait les coutumes de David, son père. Seulement c’était sur les hauts lieux qu’il offrait des sacrifices et des parfums.

4  Le roi se rendit à Gabaon pour y sacrifier, car c’était le principal des hauts lieux. Salomon offrit mille holocaustes sur l’autel.

5  A Gabaon, l’Eternel apparut en songe à Salomon pendant la nuit, et Dieu lui dit : Demande ce que tu veux que je te donne.

            Salomon aimait l’Eternel et suivait les coutumes de David son père ; souvenez-vous que David donnait le meilleur à Dieu. Quand il y a amour, il y a des preuves. Pour revenir au cas de Salomon, il avait comme souci premier de bien servir les autres et surtout de rendre de bonnes décisions de justice, ce n’étaient plus ses intérêts propres qui comptaient mais ceux de l’Eternel. Si tu sers Dieu sans penser d’abord à toi-même et à tous tes problèmes, Dieu va toujours te bénir. C’est la raison pour laquelle Dieu a réagi promptement en ces termes : Demande ce que tu veux. Salomon était jeune mais il n’était pas un enfant.

            Ecclésiaste 10 : 16-17 : Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin !

17  Heureux toi, pays dont le roi est de race illustre, et dont les princes mangent au temps convenable, pour soutenir leurs forces, et non pour se livrer à la boisson !

            Si un chef de famille, un chef d’entreprise, un leader, celui qui doit prendre des décisions et  montrer la direction aux autres est un enfant (même s’il a soixante dix ans), ceux qui sont sous son leadership sont malheureux. Le discernement place dans une classe illustre. C’est pourquoi use de discernement et ne considère pas le volume de ton porte-monnaie mais continue de servir, continue d’être utile à ton milieu, à ta communauté. Dieu t’élèvera au temps convenable.