La nécessité d’affronter son passé vol. 18 (le discernement)

RM-11-06-2019

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Proverbes 8 : 12 ; 1 Chroniques 12 : 32 ; Matthieu 13 : 24-30 ; Ecclésiaste 3:1

Nous continuons avec notre série sur La nécessité d’affronter son passé. Nous savons que le passé est ce qui a été, c’est ce qui a été fait et le passé c’est ce qui est censé être derrière nous. Censé, parce qu’on peut croire que ce passé est derrière nous, alors qu’il continue de nous influencer tellement et empêcher que nous puissions avancer. Et nous avons utilisé le verbe affronter parce que ce passé est considéré comme un adversaire, c’est un passé qui ne glorifie pas le Seigneur, nous le considérons comme une menace, nous devons faire face à cette menace. Mais vous ne pouvez pas affronter le passé sans le discernement. Le discernement étant cette aptitude qui nous permet de distinguer, de trier, de séparer ce qui est bien de ce qui est mauvais.

Proverbes 8 : 12 : Moi, la sagesse, j’ai pour demeure le discernement, Et je possède la science de la réflexion.

On ne peut pas dire de quelqu’un qu’il est sage si son aptitude, sa capacité à discerner n’est pas manifeste. Tu ne peux pas affronter le passé sans le discernement parce que tu vas pouvoir séparer, faire la différence, distinguer ce qui est bien de ce qui ne l’est pas, distinguer ce qui est dans ton passé susceptible de te faire avancer et ce qui est dans ton passé qui est comme un adversaire. Et pour cela il faut le discernement. Quand on manque de discernement, on passera sa vie à regretter. Donc on ne peut pas parler de sagesse sans discernement. Proverbes 8 : 12 (b) : Et je possède la science de la réflexion : Ceci revient à dire que quelqu’un qui discerne, va réfléchir. Pourquoi ? Il devra prendre une décision et la bonne décision est l’aboutissement d’une réflexion qui a été bien menée. C’est un choix qui est censé avoir été fait, après avoir réfléchi.

1 Chroniques 12 : 32 : Des fils d’Issacar, ayant l’intelligence des temps pour savoir ce que devait faire Israël…

Ils avaient le discernement des temps. Les gens qui ont le discernement sont des gens qui sont sensibles. A vrai dire quand tu es conduit par le Saint-Esprit, cela va se manifester par le discernement. La particularité de la famille Issacar, c’était le discernement des temps. Et la Bible déclare dans Ecclésiaste 3:1, Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux donc au temps favorable si tu ne prends pas la bonne décision, tu auras des remords parce que même en terme de prophétie, quelque soit la prophétie que Dieu t’a donnée ou qu’Il te donne, son accomplissement est lié au temps. Mais il y a quelque chose dans ton passé qui s’oppose à l’accomplissement de cette prophétie et c’est pourquoi tu as besoin de discernement pour identifier ce qui est dans ton passé, qui s’oppose à ta réussite. Tu as besoin de discernement parce que tu vas traiter cette chose comme on traite un adversaire ; tu vas combattre cette chose comme on combat un adversaire ; et tu considéreras cette chose comme une menace sérieuse contre ton avenir, contre ton futur. La vie est une affaire de décision. Lorsque Jésus dit dans Matthieu 11 : 28 : Venez à Moi…Il y en a qui refusent : C’est une décision, ils préfèrent les marabouts et les féticheurs. Mais toi, tu es censé avoir fait un choix ; censé parce que tu as réfléchi, tu as médité et tu as arrêté à la fin de ta réflexion que voilà la bonne décision à prendre. Pourquoi réflexion ? Pourquoi prendre une bonne décision ? Parce qu’il faudra affronter les défis attachés à la décision que tu as prise, même quand c’est Dieu. Par exemple Jésus avait dit dans Marc 4 : 35 : Passons à l’autre bord ! Les disciples étaient tranquilles croyant que la traversée serait paisible et le Seigneur s’est même endormi et c’est à cet instant que la tempête, le vent contraire… le diable s’est levé. En fait si le diable ne se lève pas, pose-toi la question si ce que tu fais est de Jésus parce que sa nature est de s’opposer à tout ce que Dieu fait. Donc La connaissance des temps fait partie du discernement. Le discernement est important pour tous les domaines de la vie puisque la vie est une affaire de décision.

Matthieu 13 : 24-28 : Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ.

25  Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla.

26  Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi.

27  Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?

28  Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ?

Chaque fois que Dieu t’appelle à faire quelque chose, il y aura un ennemi qui sera aussi envoyé par son maître qui est le diable pour faire quelque chose de contraire au même endroit. Cet homme dans cette parabole était un homme d’affaires, c’était un patron, un leader. Il avait des gens à son service et pendant que les gens dormaient... Il peut arriver qu’on dorme et tout le monde dort mais tout le monde ne devait pas dormir au même moment dans les affaires du Royaume. Et Jésus parle du Royaume des cieux en ramenant le contexte sur la terre parce qu’Il était sur la terre. L’ennemi est là aussi, il fait un travail, il fait une étude et au bout de son étude, il sait que voilà la période de l’heure du sommeil, l’heure de la distraction. L’ennemi n’attaque pas au hasard il prend le temps, il étudie. Ici, c’est au moment que tout le monde se reposait (après le travail) que l’ennemi est venu faire son travail, il a pris son temps.

Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi. L’ivraie aussi a poussé. Et quand l’ivraie pousse, l’ivraie a aussi des demandes, demande en oxygène, demande en eau, tu dois nourrir l’ivraie. L’ivraie veut vivre et veut continuer de vivre.

27  Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?

Ce maître avait de bons serviteurs, ils tenaient à ce que leur maître fasse du profit dans ses affaires, ils suivaient les champs et le travail et ils ont constaté quelque chose d’anormal et ils sont allés voir leur maître. Il est facile de voir qui se soucie, même en famille, vous verrez des personnes qui se plaignent toujours, critiquant, accusant parce qu’elles veulent voir tout revenir à leurs propres intérêts. Ce n’était pas le cas de ces serviteurs.

28  Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ?

Quand tu commences une œuvre que Dieu t’a donnée, ton affaire, la profession où Dieu t’a placé, il y a toujours un ennemi que tu ne connais pas, insoupçonnable et insoupçonné qui va se lever pour te combattre. Tu es dans un quartier par exemple, parce que tu sors le matin toujours souriante, tu dis bonjour en passant, il y a quelqu’un qui attache sa bouche tous les matins en te voyant. Alors que tu dis bonjour à tout le monde. Donc si tu vis sur cette terre pour ne pas avoir d’ennemi, sache que tu ne seras jamais entrepreneur, tu ne seras jamais un leader, oublie la grandeur. Il y a toujours un ennemi qui est contre le progrès. Dans ton passé, il y a un ennemi qui est contre ton progrès. Le passé là peut être dans ta propre famille, même tes frères germains, n’attends pas toujours que ce soit un étranger. Tu n’as pas besoin qu’on te décrive ton ennemi, il y a des actes posés qui signifient des actes d’ennemis. Tu ne discernes pas ça, c’est ton problème. Il y a des choses lorsqu’elles sont faites, tu déduis que c’est un ennemi qui les a posées. Il peut prier, jeûner mais ce sont les actes qui comptent ; on juge par le type de fruits produits à la fin.

28  Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ?

29  Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé.

Voilà le piège de l’ennemi. Et ce n’était pas au niveau des serviteurs. Les serviteurs ne pouvaient pas discerner ce plan mais le maître était à un autre niveau et il a compris que cet ennemi était quelqu’un qui a une certaine connaissance, c’est quelqu’un d’un certain calibre, peut-être un concurrent…Il a dit : Non, n’arrachez pas l’ivraie, de peur qu’en l’arrachant, vous ne déraciniez en même temps le blé. Cette provocation est à tous les niveaux : Il faut le discernement sinon tu peux rater le tournant à partir d’un acte que tu as posé.

En tant que chrétiens, nous devrions nous démarquer par notre sagesse et nous avons vu que la sagesse a pour demeure le discernement.