La nécessité d’affronter son passé vol. 15 (Apprends du passé)

RP-28-05-2019

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Genèse 26 : 1-3 ; Nombres 12 : 1-15 ; Nombres 16 : 1 et suivants

            Nous avons dit que le passé est ce qui a été, c’est ce qui a été fait, ce qui est derrière nous mais on peut croire que le passé est derrière nous, alors qu’il est encore en train de nous affecter c’est pourquoi nous devons l’affronter, le combattre comme on combat un adversaire. A vrai dire il s’agit d’un passé susceptible de nous détruire, susceptible de nous retarder, susceptible de nous frustrer. C’est un passé qui se présente comme une menace et nous devons y faire face. Dans le même ordre d’idée, nous devons apprendre du passé pour éviter de commettre les mêmes erreurs que ceux qui nous ont précédés.

            Genèse 26 : 1-3 : Il y eut une famine dans le pays, outre la première famine qui eut lieu du temps d’Abraham ; et Isaac alla vers Abimélec, roi des Philistins, à Guérar.

2  L’Eternel lui apparut, et dit : Ne descends pas en Egypte, demeure dans le pays que je te dirai.

3  Séjourne dans ce pays-ci : je serai avec toi, et je te bénirai, car je donnerai toutes ces contrées à toi et à ta postérité, et je tiendrai le serment que j’ai fait à Abraham, ton père.

            Donc il y eut une première famine du temps d’Abraham et nous savons ce qu’Abraham fit, comment il s’était enfui lui et sa femme qui s’étaient ensuite refugiés en Egypte. Le passé est tellement important au point où Dieu Lui-même se réfère au passé pour rappeler à Isaac ce qui fut arrivé à son père : En réalité, cette famine eut lieu du temps de ton père, il a agi d’une certaine manière mais toi Isaac, Je ne veux pas que tu fasses comme ton père.  Dieu parle du passé ici ; le passé nous empêche de commettre les mêmes erreurs, il nous enseigne, le passé nous évite des pièges. Isaac était là face à un piège : Ne descends pas en Egypte, demeure dans le pays que je te dirai, lui dit l’Eternel, ceci malgré la famine. C’est pourquoi la cartographie spirituelle est capitale, il faut s’intéresser à sa famille, comment sa famille a vécu ? Qu’est-ce qui s’est passé dans le passé et qui est susceptible d’affecter le présent ? Le passé peut manipuler quelqu’un, quand on parle du passé, il ne s’agit pas seulement des hommes physiques, il y a des esprits : Des esprits ancestraux, des esprits familiers. On sait par exemple que tu es le fils de tel, on sait que tu as vécu dans tel quartier, et quand tu es en train de négocier un tournant important, l’esprit là se manifeste. Peut-être tu ne sais même pas que ta famille a eu ce problème, dans le quartier dans lequel vous viviez dans cette ville où on avait affecté ton père du temps où il était encore en fonction, l’esprit familier de ce quartier était entré en contact avec toi.

            Lève ta main droite et fais cette prière : Seigneur, aide-moi, je ne veux pas refaire les erreurs de mes parents, les erreurs de ma famille, les erreurs du quartier où j’ai vécu, je ne veux pas, aide-moi Seigneur au nom puissant de Jésus-Christ !

            Même au plan national et continental, les africains ont commis des erreurs qu’ils ne doivent plus répéter en cette saison. Prions en tant que Camerounais et en tant qu’Eglise, afin que le Seigneur nous aide à ne pas commettre les mêmes erreurs que nos parents dans la foi ont faites :

  • Seigneur ne permet pas, ne nous laisse pas commettre les mêmes erreurs que celles que nos parents dans le foi ont faites ; Seigneur ne nous laisse pas commettre encore les mêmes erreurs, NON Seigneur ! Aide-nous, aide-nous, au nom puissant de Jésus-Christ.

En tant que Camerounais, quand vous lisez l’histoire de ce pays, il y a des erreurs qui ont été commises. Prions pour que le Seigneur aide le Cameroun en cette saison afin que les mêmes erreurs ne soient plus commises au nom de Jésus.

  • Seigneur nous prions en tant que nation le Cameroun, Seigneur ne nous laisse pas faire les mêmes erreurs que nos parents ont commises en ce qui concerne cette nation le Cameroun ; Seigneur ne permet pas au nom puissant de Jésus-Christ.

En tant que continent africain, prions afin que Dieu ne laisse pas l’Afrique commettre les mêmes erreurs et les africains de façon générale, doivent méditer sur le mot Autonomie.

  • En tant que continent africain, Seigneur aide-nous, à ne plus commettre les mêmes erreurs que nos parents, aide-nous Seigneur au nom puissant de Jésus-Christ.

Revenant au message, Dieu est intervenu, Il ne voulait pas laisser Isaac. Et nous prions le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob et c’est Jésus qui nous a connectés aux promesses d’Abraham. C’est pourquoi ce Dieu, pour toi qui es fidèle, ne te laissera pas tomber au nom puissant de Jésus-Christ ! Quelque soit la situation difficile dans laquelle tu te trouves, l’Eternel ne t’abandonnera pas au nom puissant de Jésus-Christ !

Nombres 12 : 1-3 : Marie et Aaron parlèrent contre Moïse au sujet de la femme éthiopienne qu’il avait prise, car il avait pris une femme éthiopienne.

2  Ils dirent : Est-ce seulement par Moïse que l’Eternel parle ? N’est-ce pas aussi par nous qu’il parle ? (12-3) Et l’Eternel l’entendit.

3  Or, Moïse était un homme fort patient, plus qu’aucun homme sur la face de la terre.

            Fort patient signifie que Moïse supportait avec résignation les afflictions, les souffrances, les insultes et cette réputation était établie. Il faut que tu saches que les gens  qui sont proches de toi, sont ceux-là qui sont susceptibles de te blesser parce qu’ils savent comment te toucher, te rappeler certaines choses qui vont te pousser à te disqualifier, à poser des actes de nature à te discréditer. Marie et Aaron sont entrés dans le ministère grâce à Moïse ; il y a des gens contre lesquels on n’a pas besoin de prier, parce qu’ils violent les lois évidemment ils vont souffrir. Il faut faire très attention quand quelqu’un t’a tenu par la main pour te faire avancer c’est dans ce sens que David a dit dans 1 Samuel 26:11 : Loin de moi, par l’Eternel ! De porter la main sur l’oint de l’Eternel ! Saül a voulu le tuer plusieurs fois mais David a dit NON.

            Versets 4 et suivants : Soudain l’Eternel dit à Moïse, à Aaron et à Marie : Allez, vous trois, à la tente d’assignation. Et ils y allèrent tous les trois.

5 L’Eternel descendit dans la colonne de nuée, et il se tint à l’entrée de la tente. Il appela Aaron et Marie, qui s’avancèrent tous les deux.

6  Et il dit : Ecoutez bien mes paroles ! Lorsqu’il y aura parmi vous un prophète, c’est dans une vision que moi, l’Eternel, je me révélerai à lui, c’est dans un songe que je lui parlerai.

7  Il n’en est pas ainsi de mon serviteur Moïse. Il est fidèle dans toute ma maison.

8  Je lui parle bouche à bouche, je me révèle à lui sans énigmes, et il voit une représentation de l’Eternel. Pourquoi donc n’avez-vous pas craint de parler contre mon serviteur, contre Moïse ?

            Il y a des classes ! En boxe par exemple, tu ne peux pas en tant que poids mouche aller combattre un poids lourd. Si quelqu’un veut t’amener dans un complot, regarde celui qui est en face, est-ce que vous appartenez à la classe capable de l’affronter ? Toute famille qui ne reconnait pas son David, son Moïse (même s’il est le Benjamin de tous, un Benjamin que c’est Dieu qui a choisi ; cette famille va souffrir.

            9  La colère de l’Eternel s’enflamma contre eux. Et il s’en alla.

10   La nuée se retira de dessus la tente. Et voici, Marie était frappée d’une lèpre, blanche comme la neige. Aaron se tourna vers Marie ; et voici, elle avait la lèpre.

11  Alors Aaron dit à Moïse : De grâce, mon seigneur, ne nous fais pas porter la peine du péché que nous avons commis en insensés, et dont nous nous sommes rendus coupables ! Même avec Marie, Aaron appartenait à une autre classe, la preuve c’est Marie qui a eu la lèpre blanche. Il y a des classes, Aaron avant de mourir, Dieu demande à Moïse de lui ôter son habit sacerdotal sinon Dieu Lui-même ne pouvait pas le tuer. C’est pourquoi chacun doit connaître son couloir. Dieu a frappé Marie la sœur aînée de Moïse d’une lèpre blanche et pour cela, elle avait retardé le peuple pendant sept jours : Marie fut enfermée sept jours en dehors du camp ; et le peuple ne partit point, jusqu’à ce que Marie y fût rentrée.

            Or Koré, qui était leur cousin n’a pas appris de ce qui s’était passé, comment le peuple a été retardé pendant sept jours parce que Marie et Aaron avaient comploté contre Moïse ; Koré donc s’est soulevé, s’est révolté contre Moïse et Aaron en compagnie des gens riches : Dathan et Abiram, fils d’Eliab, et On, fils de Péleth, tous trois fils de Ruben, deux cent cinquante hommes des enfants d’Israël, des principaux de l’assemblée, de ceux que l’on convoquait à l’assemblée, et qui étaient des gens de renom dans Nombres 16 : 1 et suivants. Apprends du passé pour éviter de commettre les mêmes erreurs.