La nécessité d’affronter son passé vol. 14 (l’honnêteté)

RP-24-05-2019

Orateur : Apôtre Samuel TATHEU

Références : Genèse 3 : 1-9-13 ; 2 Samuel 12 : 1 et suivants ; Psaumes 51 : 1-6 ; 13 ;  Jean 16 : 12-13

            Nous parlons d’affronter le passé et nous le définissons comme ce qui a été, ce qui s’est fait, comme ce qui est censé être derrière nous parce qu’on peut croire qu’il est derrière nous alors qu’il est avec nous, on peut croire que ce passé est derrière nous alors qu’il nous fait souffrir. On ne peut pas affronter le passé si on n’est pas honnête. Quand on dit de quelqu’un qu’il est honnête, cela signifie qu’il obéit à la loi morale du milieu auquel il appartient, c’est quelqu’un qui respecte les règles du devoir parce que le plus souvent nous réclamons nos droits mais nous oublions que nous avons des devoirs et ces devoirs sont attachés aux règles et parmi ces règles il y a le devoir de loyauté. Même concernant l’engagement, on ne peut pas honorer son engagement si on n’est pas honnête.

            Genèse 3 : 9-12 : Mais l’Eternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ?

10  Il répondit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.

11   Et l’Eternel Dieu dit : Qui t’a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ?

12  L’homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé.

            Adam, au lieu de répondre à la question, s’est plutôt justifié en accusant Dieu. Les gens qui se justifient sont malhonnêtes. Quand tu es honnête, tu reconnais tes transgressions et tu demandes pardon. Dieu se tourne vers la femme au verset 13 : Et l’Eternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. La femme a reconnu sa faute, pour comprendre ce qui s’est réellement passé, allons au verset 1 : Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?

            Qui gardait et administrait ce jardin ? Est-ce que Adam avait averti Eve en ce qui concerne le serpent ? Adam n’a pas joué son rôle mais il accuse la femme.

            2 Samuel 12 : 1 et suivants : L’Eternel envoya Nathan vers David. Et Nathan vint à lui, et lui dit : Il y avait dans une ville deux hommes, l’un riche et l’autre pauvre.

2  Le riche avait des brebis et des bœufs en très grand nombre.

3  Le pauvre n’avait rien du tout qu’une petite brebis, qu’il avait achetée ; il la nourrissait, et elle grandissait chez lui avec ses enfants ; elle mangeait de son pain, buvait dans sa coupe, dormait sur son sein, et il la regardait comme sa fille.

4  Un voyageur arriva chez l’homme riche. Et le riche n’a pas voulu toucher à ses brebis ou à ses bœufs, pour préparer un repas au voyageur qui était venu chez lui ; il a pris la brebis du pauvre, et l’a apprêtée pour l’homme qui était venu chez lui.

5  La colère de David s’enflamma violemment contre cet homme, et il dit à Nathan: L’Eternel est vivant ! L’homme qui a fait cela mérite la mort.

6  Et il rendra quatre brebis, pour avoir commis cette action et pour avoir été sans pitié.

7  Et Nathan dit à David : Tu es cet homme-là ! Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : Je t’ai oint pour roi sur Israël, et je t’ai délivré de la main de Saül ;

8  je t’ai mis en possession de la maison de ton maître, j’ai placé dans ton sein les femmes de ton maître, et je t’ai donné la maison d’Israël et de Juda. Et si cela eût été peu, j’y aurais encore ajouté.

9 Pourquoi donc as-tu méprisé la parole de l’Eternel, en faisant ce qui est mal à ses yeux ? Tu as frappé de l’épée Urie, le Héthien ; tu as pris sa femme pour en faire ta femme, et lui, tu l’as tué par l’épée des fils d’Ammon.

10  Maintenant, l’épée ne s’éloignera jamais de ta maison, parce que tu m’as méprisé, et parce que tu as pris la femme d’Urie, le Héthien, pour en faire ta femme.

11  Ainsi parle l’Eternel : Voici, je vais faire sortir de ta maison le malheur contre toi, et je vais prendre sous tes yeux tes propres femmes pour les donner à un autre, qui couchera avec elles à la vue de ce soleil.

12  Car tu as agi en secret ; et moi, je ferai cela en présence de tout Israël et à la face du soleil.

            Voilà David qui a prononcé une sentence : L’homme qui a fait cela mérite la mort. Une fois au courant de ce que c’était lui, le ton change : J’ai péché contre l’Eternel ! Mais ce qui va nous intéresser dans la réaction de David est contenu dans Psaumes 51 : 1-3 (parce que quelle que soit la situation dans laquelle on se retrouve en tant qu’enfants de Dieu, il y a toujours une issue).

            Lorsque Nathan, le prophète, vint à lui, après que David fut allé vers Bath-Schéba. (51-3) O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta bonté ; Selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. David ne s’est pas justifié mais il s’est prosterné devant Dieu. David a reconnu qu’il avait péché. Evitez de vous justifier.

2  (51-4) Lave-moi complètement de mon iniquité, Et purifie-moi de mon péché.

3  (51-5) Car je reconnais mes transgressions, Et mon péché est constamment devant moi.

            David montre au Seigneur ici, qu’il est troublé par cette situation, une situation qu’il n’a pas planifiée, qu’il n’a pas programmée, c’est arrivé, la faute n’est pas à quelqu’un d’autre mais à lui ; c’est quelqu’un d’honnête qui se comporte comme ça.

4  (51-6) J’ai péché contre toi seul, Et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux, En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement.

            Seigneur ce que tu auras décidé, est normal, dit David en d’autres termes. Tu me punis, j’accepterai parce que Tu es juste Seigneur, c’est moi David l’auteur de ce péché, personne ne m’a manipulé.

Verset 13 : Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit saint.

Les gens qui mènent une vie de repentance sincère, sont ceux qui ont compris l’importance du Saint-Esprit. David a compris qui est le Saint-Esprit, tout ce qu’il avait réussi à faire : Il a vaincu Goliath, il a échappé à l’épée de Saül plusieurs fois, il a vécu dans le désert…C’est grâce à l’intervention du Saint-Esprit. David dit : Seigneur, malgré ce crime que j’ai commis, ce serait une chose terrible pour moi, de me retirer le Saint-Esprit, Il est mon conducteur, c’est Lui qui me révèle les choses cachées, sans Lui je ne peux rien, ne le fais pas Seigneur. As-tu compris qui est le Saint-Esprit ?

Verset 14 : Rends-moi la joie de ton salut.

Il y a une joie attachée au salut. Donc quelqu’un qui pèche, qui est convaincu de ce péché, il est honnête, il reconnait qu’il a péché, et parce qu’il a péché, il perd cette joie et quand il vient dans la présence du Seigneur il n’a pas la joie habituelle c’est pourquoi quand vous voyez quelqu’un qui est habitué au péché, sachez qu’il est dangereux parce qu’il n’accorde aucune importance, aucune valeur au Saint-Esprit. Mais ce n’était pas le cas avec David qui avoue qu’il ne veut pas perdre la joie de la présence du Seigneur, cette joie est irremplaçable, cette communion avec Toi Seigneur est irremplaçable. C’est la raison pour laquelle on n’a pas besoin de supplier quelqu’un pour qu’il assiste aux réunions de l’Eglise parce que quand tu n’es pas là, il y a quelque chose qui te manque. Tu ne supplies pas quelqu’un pour qu’il médite la parole de Dieu, pour qu’il prie, il y a quelque chose d’intéressant, de puissant dans la communion avec le Saint-Esprit, que ce soit dans la prière, dans la louange, dans la méditation de la parole de Dieu. C’est pourquoi on peut savoir si quelqu’un est en train de mourir à petit feu : Il n’a plus cet amour, ce désir de méditer la parole de Dieu, il ne veut plus prier, être en Assemblée avec ses frères et sœurs ne lui dit plus rien, il se retire, s’isole, il évite les gens du regard, il n’a plus la joie de son salut, il y a quelque chose qui est en train de se passer…Si le Saint est avec toi, si ta communion avec Lui est bonne, tu ne peux pas vivre avec le péché et être en paix (Jean 16 : 12-13) ce n’est pas possible, en moins que tu sois devenu religieux parce que le Saint-Esprit de Dieu est l’Esprit de vérité et d’honnêteté.